Soldes d’hiver 2022 en Campanie, ça commence le mercredi 5 janvier


Confesercenti Campania estime le chiffre d’affaires à environ 240-300 millions d’euros. Avec une dépense moyenne par habitant d’environ 160-170 euros. « Mais il y a le Covid inconnu »

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Ils partent Mercredi 5 janvier les ventes 2022 en Campanie, tel qu’établi par le conseil régional, et durera jusqu’au 1er mars. Confesercenti Campanie chiffre d’affaires estimé entre 240 et 300 millions d’euros. Avec un dépenses moyennes par habitant d’environ 160-170 euros, en légère augmentation par rapport à 2020 (158 euros par habitant). « Cependant, l’ombre de Covid pèse sur les prévisions, avec la variante Omicron, et l’impact négatif qu’elle a sur la confiance des familles – dit-il Vincenzo Schiavo, président de Confesercenti Campania et vice-président national en charge du Sud – Environ quatre Campanies sur dix (39%) ont déjà prévu de profiter des soldes pour acheter un ou plusieurs produits, pour un budget moyen de 160/170 euros par personne ».

Utiliser un garrot pour empêcher le vaccin de pénétrer dans l’organisme : pas de chirurgie d’urgence

Esclave : « Attention au Covid »

Par Confesercenti Campanie il s’agit du « premier événement commercial majeur de l’année qui survient en plein ralentissement des dépenses engendré par la nouvelle vague d’infections au Covid ». Selon l’étude de Confesercenti Campanie, le chiffre d’affaires des entreprises, notamment celles du secteur de l’habillement, de notre territoire oscillera entre 240 et 300 millions d’euros. Les résultats sont également affectés par la concurrence lors de l’événement de vente par les promotions continues d’avant Noël auxquelles les consommateurs ont été soumis, à partir précisément d’un Black Friday particulièrement « fermé », moins d’un mois avant Noël. En revanche, la tendance à l’achat d’impulsion se renforce : par rapport à 2020, la part des consommateurs qui décideront d’acheter des produits en solde du moment, en fonction des offres, passe de 41 à 46%.

« L’espoir – souligne le président Vincenzo Schiavo – c’est que la vague d’infections ralentit, redonnant ainsi aux consommateurs l’envie de descendre dans la rue pour faire leurs courses et aux commerçants un peu de confiance en l’avenir. Évidemment, ces prévisions pourraient subir une forte contraction s’il y avait de nouvelles restrictions et fermetures : le climat d’incertitude pourrait affecter négativement les dépenses. Les consommateurs peuvent décider de ne pas dépenser s’ils ne peuvent pas sortir ou assister à des événements. En tant que Confesercenti Campania, nous invitons tout le monde à récompenser les entreprises locales, à dépenser plus à la maison et le moins possible en ligne. Il faut surtout éviter les entreprises multinationales basées à l’étranger qui font des soldes 12 mois par an et qui paient en moyenne 10 à 15 % d’impôts, contre 60 % pour un entrepreneur italien. Nous vous invitons donc à donner de la force aux entreprises locales : nous aidons – conclut le président de Confesercenti Campania – les petits entrepreneurs qui paient des impôts aux municipalités, permettant aux administrations locales de pourvoir à notre territoire, le rendant plus vivable pour nous et plus accueillant pour les touristes  » .

L’étude de Confesercenti Campania

Les dépenses par habitant en Campanie (environ 160/170 euros) sont en légère hausse par rapport à 2020 (158 euros par habitant mais contre 380 millions de recettes attendues, car il y avait une plus grande adhésion des consommateurs), c’est-à-dire par rapport à une année pré-Covid, mais nous devons considérer l’inflation des deux dernières années. La moyenne de 170 euros cache une dépense moyenne très polarisée: 47% achèteront moins de 100 euros, tandis que 43% dépenseront entre 100 et 300. Seuls 6% ont prévu une dépense entre 300 et 500 euros, tandis que 4% plus de 500 euros.

Où faire ses courses avec les soldes d’hiver

Malgré la concurrence croissante du web, les soldes restent un événement lié avant tout aux magasins physiques : 31 % des achats soldés se feront en effet dans une grande chaîne ou des enseignes, suivi de près par les magasins indépendants, qui cibleront 26 % des clients. Enfin, 22% choisiront un point de vente, tandis que 23%, en revanche, rechercheront l’offre à prix réduit sur le web, soit plus de 5% de plus que l’an dernier et 8% par rapport à la période pré-pandémique.

Cette année, au sommet des souhaits des Italiens il y a les chaussures : c’est la dépense attendue de 47% de ceux qui ont déjà décidé d’acheter. Viennent ensuite les tricots (45 %), les vêtements d’extérieur (27 %), les chemises (26 %), les t-shirts et les sous-vêtements (tous deux 22 %). Mais il y a aussi 15 % qui recherchent des sacs et 12 % pour d’autres accessoires, des écharpes aux ceintures.