SD Huesca continue d’enchérir sur Vavro



Deux des parties ont décidé, mais sans l’aide de la troisième, l’opération n’est pas possible. Le SD Huesca et Denis Vavro ont un accord pour que le défenseur revienne à El Alcoraz, a en effet été le désir du club et du Slovaque depuis la fin de la saison dernière. Cependant, comme cela s’est produit en été, la principale pierre d’achoppement du marché hivernal actuel est la Lazio, l’équipe italienne à laquelle il appartient et qui pour le moment ne facilite pas sa sortie. D’un côté, il y a les prétentions économiques des Romains, qui payaient autrefois plus de dix millions d’euros à Copenhague pour lui, et de l’autre, ses besoins sportifs. Même si jusqu’à samedi dernier son entraîneur, Maurizio Sarri, n’avait pas compté sur lui, l’idée serait de tenir jusqu’au bout pour prendre une décision, également ému par la tendance qui prévaut dans le monde du football à avoir des effectifs longs pour cause de covid.

À El Alcoraz, on considère que l’arrivée de Vavro contribuerait à élever le niveau de l’équipe notamment, mais ils ne veulent pas non plus forcer la situation. Il y a un objectif clair d’élargir la liste des défenseurs centraux, actuellement composée d’Ignasi Miquel, Pulido et Insua, surtout si Xisco maintient son engagement à jouer avec une ligne de trois derrière comme lors des deux derniers matchs, et donc Parallèlement à celle du slovaque, d’autres options sont gérées.

Après onze appels sans aller sur le terrain, samedi lors de la victoire 0-3 de la Lazio contre Salernitana, le bas de la Serie A, Sarri a regardé le banc et à sept minutes de la fin, il s’est souvenu de Vavro pour remplacer Luiz Felipe, qui avait vu un jaune. « Les premières minutes après si longtemps », a souligné ce dimanche sur ses réseaux sociaux le défenseur, qui n’avait plus disputé de match officiel depuis le match nul et vierge entre Huesca-Valence le 22 mai dernier, qui signifiait la descente des azulgranas. De son côté, l’entraîneur a justifié le fait qu’il avait décidé de l’utiliser en fonction de questions tactiques et en récompense de son travail. « Il est bien meilleur défenseur dans la surface qu’avec la ligne à la hauteur de l’entrejeu, il grandit à l’entraînement », a-t-il exposé.

Outre Huesca, le joueur a été associé ces dernières semaines à d’autres équipes espagnoles de deuxième et première division. Valladolid a fait une offre pour lui, où il aurait retrouvé Pacheta, mais l’option d’achat obligatoire en cas de promotion que la Lazio voulait inclure, estimée à environ cinq millions, a pour l’instant exclu son transfert. Il a également été placé dans l’orbite du Ray.

Vavro, 25 ans et sous contrat avec la Lazio jusqu’en 2024, était le seul renfort des azulgranas au souk d’hiver l’an dernier. Il a rejoint grâce à une situation similaire à l’actuelle, pour ne pas avoir d’opportunités en Italie, et, après avoir surmonté plusieurs problèmes physiques, il a fini par participer à onze matchs, dans les sept derniers du parcours en tant que titulaire, dans lesquels il a montré engagement et un bon niveau qui lui ont valu d’être convoqué par la Slovaquie pour le Championnat d’Europe. Le fait de ne pas parvenir au salut a été une déception pour le joueur qui a alors promis aux managers de Huesca qu’il ferait tout son possible pour ramener l’équipe dans la catégorie la plus élevée.

En plus de la centrale la priorité des azulgranas pour se renforcer en ce moment est celle d’un attaquant. Bien qu’en plus de Lago Junior, un autre ailier était recherché, l’incorporation du milieu de terrain polyvalent Pablo Martínez a fait passer cette option au second plan. Concernant l’attaquant, plusieurs possibilités sont gérées, comme celle de Darío Poveda, en provenance de Getafe. Dans certains d’entre eux, les conversations sont avancées.

Nouveau préparateur physique

L’équipe d’entraîneurs du SD Huesca a changé. Le préparateur physique venu au club aux mains de Xisco Muñoz, Julián Jiménez, a rejoint le Galatasaray turc avec son nouvel entraîneur, Doménec Torrent. A sa place, les azulgranas ont repris les services de Miquel Gomila, qui a une expérience internationale dans des destinations telles que le Panathinaikos grec et le Rubin Kazan russe, et qui a également appartenu auparavant à l’Espanyol et à Majorque. Son atterrissage devrait être immédiat.