Santé propose que les contacts étroits dans les écoles maternelles et primaires ne doivent pas être mis en quarantaine



Le ministère de la Santé propose que des contacts étroits en L’éducation infantile et primaire n’a pas à maintenir la quarantaine et étendre le prise en compte de l’épidémie dans 3 cas ou plus dans les écoles et instituts.

Ce sont quelques-unes des propositions que le département dirigée par Carolina Darias a préparées et qui sont reflétées dans un document intitulé ‘Guide d’action avant l’apparition des cas de covid dans les centres éducatifs’ en date du 30 décembre 2021, qui établit certaines modifications par rapport aux protocoles précédemment adoptés.

Des sources gouvernementales indiquent que Ce document est en marge de la réunion conjointe que les Ministères de la Santé, de l’Éducation et des Universités tiendront demain avec les communautés autonomes analyser le retour en classe après les vacances de Noël, qui sera abordé plus tard.

Selon ledit document, la proposition de la Santé est que Aucune mesure ne sera prise en ce qui concerne les cas suspects de covid dans les centres éducatifs jusqu’à ce qu’un résultat positif soit obtenu lors d’un test de diagnostic. Ainsi, « l’activité d’enseignement se poursuivra normalement, mesures extrêmes de prévention et d’hygiène« jusqu’à l’issue du cas suspect.

En cas de contacts étroits à l’extérieur du centre éducatif, les actions seront menées selon la « Stratégie de détection précoce, de surveillance et de contrôle et ses adaptations ». L’approche Santé précise que Les membres de la famille non vaccinés vivant avec le cas suspect resteront en quarantaine.

D’autre part, tous les contacts proches de l’éducation de la petite enfance et tous les contacts proches des groupes de coexistence stables (GCE) et des groupes non organisés tels que le GCE primaire seront exemptés de quarantaine, qu’ils soient vaccinés ou non.

Mais le personnel enseignant et autre personnel du centre et la population de plus de 12 ans suivront les indications de quarantaine qui sont proposées pour la population générale conformément à la « Stratégie de détection précoce, de surveillance et de contrôle ».

Le document précise également que des tests de diagnostic seront effectués sur les contacts, vaccinés et non vaccinés, si possible, entre 3 et 5 jours après le début de la quarantaine. Si le résultat du test est positif, le contact sera considéré comme un cas et sera traité comme tel, mais s’il est négatif, la quarantaine prendra fin 7 jours à compter de la date du dernier contact.

« Au sein de l’école, il leur sera recommandé d’éviter tout contact avec des personnes vulnérables. Il leur sera demandé d’utiliser un masque chirurgical dans leurs interactions sociales, de ne pas assister à des événements de masse et de limiter les contacts. Aussi, il est recommandé de surveiller l’apparition éventuelle de symptômes compatibles« , dit le projet.

Si une quarantaine était indiquée, ce serait pendant les 7 jours suivant le dernier contact avec un cas confirmé. Pendant cette période de 7 jours, les personnes en quarantaine seront chargées de surveiller leur santé et, avant l’apparition de tout symptôme compatible, est communiquée au système de santé tel qu’établi dans chaque communauté autonome.

Éclosion de trois points positifs

Le projet de Santé aussi Augmentez le nombre de cas à 3 pour considérer l’existence d’une épidémie. « Une épidémie sera considérée comme tout groupe de 3 cas ou plus avec une infection active dans laquelle un lien épidémiologique a été établi, comme inclus dans la » Stratégie de détection précoce, de surveillance et de contrôle du covid-19 «  », indique le document.

Lors de la détection d’une épidémie, les cas seront isolés à domicile et les contacts seront identifiés. « L’action dans les contacts sera la même qu’avant la détection du deuxième cas dans la classe, c’est-à-dire que les contacts proches non vaccinés seront mis en quarantaine et le reste de la classe poursuivra l’activité pédagogique habituelle. Dans le cas de l’éducation de la petite enfance, l’ensemble du groupe bulle serait mis en quarantaine« , dit le document.

Et en ce qui concerne la fermeture des centres, le texte précise : « Si l’on considère qu’il y a une transmission incontrôlée dans le centre éducatif avec un nombre plus important que prévu en raison de la transmission existant dans la communauté sur un territoire spécifique pour cette tranche d’âge , les services de santé publique des communautés autonomes procéderont à une évaluation des risques d’envisager la nécessité d’intensifier les mesures, évaluant à terme la fermeture temporaire du centre éducatif ».