Qui est Paolo Maddalena, le plus voté au premier tour pour le président de la République


Election du Président de la République 2022

Le plus voté au premier tour pour l’élection du président de la République a été Paolo Maddalena avec 36 voix, pourtant très loin du quorum. L’ancien magistrat est le candidat des grillini qui s’est échappé dans le groupe Mixte. Critique de Draghi, ennemi du néolibéralisme et de la privatisation, il propose d’abandonner l’euro et d’introduire une nouvelle monnaie.

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Election du Président de la République 2022

Le plus voté au premier tour de scrutin pour l’élection du Président de la République a été Paolo Maddalena. Il n’a évidemment pas été élu puisqu’il n’a obtenu que 36 voix, bien moins que le quorum requis des deux tiers. L’ancien juge de la Cour constitutionnelle, en raison des 672 bulletins blancs insérés dans les urnes par les grands électeurs de Lega, Democratico Party, Movimento 5 Stelle, Forza Italia, Fratelli d’Italia et Leu, était toujours le plus voté. Maddalena est la candidate des anciens grillini qui se sont échappés au fil des années du parti désormais dirigé par Giuseppe Conte, qui ont fusionné avec le groupe Mixte (certains dans la composante L’Alternativa). L’ancien magistrat, connu pour ses prises de position contre le libéralisme et vivement critique à l’égard de Mario Draghi, se disait déjà ces derniers jours honoré, mais conscient qu’il n’était qu’un simple candidat drapeau.

« Je suis ravi que mon nom soit sorti pour un rôle aussi important« , a-t-il déclaré la semaine dernière à Un Giorno da pecora, sur Rai Radio 1. »Le sénateur Nugnes m’a téléphoné et m’a expliqué que le groupe mixte m’avait indiqué, j’étais content, c’est gratifiant pour moi d’avoir consacré toute ma vie à la patrie – a expliqué – Je suis un catholique de gauche, dans le passé j’ai voté à la fois pour le Parti démocrate et le Mouvement 5 étoiles« . Et à cette occasion il a ajouté : »Le mien est une candidature drapeau, je le sais et l’accepte mais je sais que ce ne sera pas facile d’être élu« . Puis il a rapidement passé en revue les candidats: »Draghi non, c’est un néolibéraliste, Amato non, il a fait trop de privatisations, Berlusconi non« . Ce serait utile »quelqu’un qui se soucie de la Constitution, et je n’en vois pas autour« . A cette occasion, entre autres, il a également relancé son idée d’abandonner l’euro et d’introduire une nouvelle monnaie : »Selon de grands économistes, l’Italie pourrait se redresser considérablement sur le plan économique si elle mettait sa propre monnaie« .

Il y a quelques jours également, lors d’une conférence, il a commenté : « Il est difficile de trouver quelqu’un qui sache être le président de la République, Draghi qui est l’artisan des privatisations n’y peut rien, il suffit de penser à son discours sur le navire Britannia le 2 juin 1992 alors qu’avec la reine Elizabeth et 100 délégués de la City de Londres, il a déclaré qu’il fallait une grande force politique pour soutenir une transformation totale du marché, qui ne peut pas rester entre les mains de l’État, mais doit être remis entre les mains de quelques-uns.« . Puis il s’en est pris durement à Berlusconi : »Meloni l’a appelé un patriote Berlusconi, oui, un patriote qui a volé tous nos biens« . C’est toujours: « Il semble que celui qui a le plus détruit l’Italie mérite d’être président de la République, et les trois noms qui sont faits sont ceux de Berlusconi, Draghi et Amato – Il a attaqué – Ces trois sont les plus grands dévastateurs de l’économie italienne« .