Que prévoit la réforme des filets sociaux approuvée avec la manœuvre ?


La réforme des filets sociaux entre en vigueur après l’approbation de la manœuvre. Plusieurs nouveautés : des licenciements au chômage. Le ministre Orlando se réjouit : « Une réforme universelle qui intervient sur les inhomogénéités existantes pour parvenir à une plus grande équité générale du système ».

Avec l’approbation de la manœuvre économique du gouvernement, le réforme des filets de sécurité sociale, voulu par le ministre Orlando et convenu avec les syndicats après des mois de réunions. Elles vont de la révision des règles de demande de chômage à la prolongation des contrats de solidarité. « Une réforme universaliste qui intervient sur les inhomogénéités existantes pour parvenir à une plus grande équité générale du système« , le ministre du Travail l’a défini. »L’objectif que nous nous sommes fixé est qu’aucun travailleur et aucun travailleur ne restent exclus du système de protection sociale – aussi bien en emploi constant qu’en absence d’emploi – et qu’il y ait une amélioration des performances, tant en termes de durée que de traitement« . Avec cette réforme, a expliqué le ministre du Travail, »pour 12,4 millions de personnes, il y aura des protections sociales nouvelles ou supérieures« . Bien sûr « c’est un premier pas, mais nous avons pris la bonne voie pour continuer« . Voyons ensemble ce que c’est.

Le contenu de la réforme des filets sociaux est résumé dans les diapositives du ministère, en commençant par Fonds de licenciement (les Cigs) : il est étendu à tous les secteurs et reconnu à toutes les entreprises de plus de 15 salariés pour des raisons de réorganisation d’entreprise, de crise d’entreprise et accord de solidarité. Et en parlant de ce dernier : le recours est encouragé, la réduction horaire moyenne passant de 60 % à 80 % et la réduction globale maximale de 70 % à 90 %. Transitions professionnelles « ils doivent être soutenus par la sauvegarde des emploisPar conséquent, les employeurs qui ont plus de 15 salariés peuvent bénéficier d’une année supplémentaire de complément de salaire extraordinaire. De plus, les entreprises qui embaucheront bénéficieront d’une incitation économique égale à 50% du CIGS autorisé et non utilisé. Supplément de salaire pour les travailleurs agricoles (Cisoa) est également étendu aux travailleurs du secteur de la pêche.

Les Fonds de solidarité bilatéraux sont étendus à tous les employeurs, quel que soit leur nombre de salariés. Idem pour le Fonds d’intégration salariale (le FIS), qui est étendu à tous les employeurs appartenant à des secteurs ou types qui ne relèvent pas de la caisse ordinaire de licenciement. Il existe également un bonus pour les petites entreprises qui ne l’utilisent pas pendant au moins deux ans.

La manœuvre atteint l’hémicycle, Marattin : « La Commission ne se prononce pas, il y a trop peu de temps »

Les travailleurs licenciés extraordinaires participeront à « processus de formation ou de recyclage« . Les conditions pour recevoir le Dormir un peu – allocation de chômage – de 30 jours l’année dernière à 13 semaines les quatre dernières. Il est également étendu aux travailleurs agricoles. Là Dis-coller ça va de 6 mois à un an. le contrat d’extension il est également étendu aux petites entreprises. Et enfin, la mise en œuvre du programme Gol (Garantie d’employabilité des travailleurs), prévu dans le Plan de relance et de résilience, sur les politiques actives du travail commence.