pris la troisième place de l’Euroligue


A la reprise du match reporté le 29 décembre en raison de l’épidémie de Covid-19 qui avait frappé l’équipe, les hommes d’Ettore Messina se sont imposés 84-76 face à l’Alba Berlin et se sont emparés de la troisième place du classement de l’Euroligue.

(Photo Olimpia Milano | Twitter)

(Photo Olimpia Milano | Twitter)

Victoire, mais combien d’efforts ! Olimpia Milano remporte l’Euroligue après au moins 30 minutes de résistance héroïque d’Alba Berlin, avec les Allemandsce n’est qu’à la fin qu’ils paient l’énergie distribuée tout au long du jeu cédant devant les paniers de l’habituel Chacho Rodriguez, aujourd’hui bien épaulé en première mi-temps par Gigi Datome et Nick Melli et en seconde par un étonnant Giampaolo Ricci, dans ce qui est peut-être le meilleur match de l’ancien virtussino sous le maillot Armani Exchange. Avec cette victoire, la quatrième des cinq dernières disputées en Euroligue, les troupes d’Ettore Messine rattrapent la troisième place de l’Olympiacos et du Zenit Saint-Pétersbourg avec encore deux matches à récupérer.

Le rapport de match

Milan a bien démarré en tentant tout de suite la prolongation avec les paniers de Datome (7 points et 3/3 pour commencer) et un Delaney inspiré, qui a maquillé la mini-partielle d’ouverture du 11-5. Les Allemands pourtant ils laissent immédiatement entendre qu’ils ne sont pas en voyage et grâce à une bonne circulation du ballon, à la veine offensive de Christ Koumadje et Maodo Lo qui emballe presque à lui tout seul le 8-0 qui met son équipe dans le jeu, et quelques trop de défaites des adversaires, ils remontent à 15 égal. Après une bousculade de Messine, les Milanais font beaucoup monter le régime moteur dans leur demi-champ et la deuxième mini déchirure arrive en ouverture de la seconde partielle, grâce à la bonnes entrées du banc de Troy Daniels et Ben Bentil, utile pour faire le 28-24 qui, cependant, est immédiatement non seulement accroché, mais aussi renversé par l’Alba qui, toujours entraîné par Lo, dans ce cas également soutenu par Blatt, passe à 32-28.

Le meilleur moment des hôtes coïncide avec les paniers descouplé tout bleu Datome-Melli, inséparables sur et en dehors du terrain, qui construisent une 10-0 contre-break ce qui semble donner la première vraie poussée à un jeu qu’Olimpia pense pouvoir facilement clôturer avec peut-être trop de légèreté. Ce n’est pas un hasard si, immédiatement après avoir appuyé sur l’accélérateur, Les hommes de Messine se détendent et subissent encore une autre partie de l’équipe entraînée par Rodriguez, qui envoie les équipes se reposer à 40-38 pour les invités. Le troisième quart-temps est celui qui offre le plus de contenu à un niveau compétitif, avec des changements continus devant après le 6-0 marqué par Melli, la lutte de Pippo Ricci pour s’opposer aux jeux intelligents de Sikma qui trouve ponctuellement ses snipers sur le périmètre, et l’intensité défensive d’Olimpia qui monte au point d’obliger Alba à commettre une infraction de 24 secondes pour deux actions consécutives. Le 60-59 avec lequel nous arrivons à l’avant-dernière sirène donne la meilleure idée de l’équilibre entre les équipes et de l’engagement requis à Milan pour ramener à la maison une énième victoire devant leur public sans tomber dans les fantômes qui déjà à la parti l’avait forcée à un revers surprise. Alors voilà ça Sergio Rodriguez et Kyle Hines prennent la présidence, come spesso accade in questi frangenti, che grazie al supporto in apertura di parziale di un positivo Kaleb Tarczweski, della coppia Datome-Hall e dei canestri fondamentali di Ricci scappano da subito con un parziale di 16-6 in apertura, per non voltarsi più en arrière. Le dunk du centre sur la passe décisive ponctuelle de l’Espagnol boucle virtuellement les comptes et Olimpia peut enfin célébrer : après une période lourdement conditionnée par les blessures et le covid-19, Melli et ses associés semblent avoir définitivement repris le bon chemin, remontant des sables mouvants qui avaient perdu du terrain en Europe. Pour la pousser vers le succès, 24-17 des 10 dernières minutes : comme toujours, en défense l’AX bâtit sa fortune.

Olimpia-Virtus est un spot pour le basket après de nombreuses controverses : Milan bat Bologne 102-99

Les meilleurs pour Milan sont Rodriguez (9 points, 9 passes et 5 rebonds), Datome (15 points à revenir après un mois de pause) et Giampaolo Ricci, auteur de 10 points avec une opération 2/2 par deux et 2/2 par trois et des paniers décisifs dans les dernières minutes.

A noter également l’objectif de 1500 passes décisives dans la compétition touché par l’Espagnol : la fête est doublée.