« On repart à moitié heureux, le point ne nous rend pas heureux »



Un point de calme avec une valeur thérapeutique remarquable. Une unité est ajoutée au classement et un peu de couvaison est évité. Beaucoup plus, compte tenu de la pause. Il n’y a pas de match avant le 23. Un match nul, comme tout match nul, ouvert au débat entre les extrémités opposées de la victoire et de la défaite. Au moins, il n’a pas été perdu ni concédé, ce qui n’est pas peu après trois défaites consécutives sans marquer. Oui, pour gagner il est commode de ne pas s’intégrer, mais il est essentiel de marquer. Compte tenu des changements dans les dernières minutes, Juan Ignacio Martínez dessine plus… J’ai dit, au moins il n’a pas perdu, il a égalisé, ce qui est le maximum qu’on peut aspirer quand ce n’est pas marqué…

Juan Ignacio Martínez a évalué la réalisation dès la fin de la réunion. « L’addition est toujours positive. Dans le précédent, j’ai fait remarquer que nous voulions prendre les trois points. Ponferradina est un adversaire difficile. En seconde période, l’effort de la Coupe est passé aux deux équipes. Ils étaient fatigués aussi. Il a été difficile pour nous de sortir dans ces contre. Nous avons même eu des occasions. Le résultat est juste pour les deux équipes. Le bon sentiment, c’est qu’on brise la dynamique de ne pas en rajouter. De plus, nous avons toujours été sur une séquence de défaites et avons réalisé une feuille blanche. La force d’une feuille blanche nous fera grandir en équipe. Je reste avec le sentiment de l’esprit d’équipe. L’équipe d’aujourd’hui était convaincue de casser la dynamique et nous sommes à moitié heureux car un point ne nous rend pas très heureux », a-t-il reconnu.

Le technicien a regretté les occasions gâchées. «Nous avons eu plusieurs occasions et surtout sans faute devant le gardien. Certains ont été le succès du gardien de but et d’autres notre erreur », a-t-il apprécié, puis a souligné le travail du groupe et a insisté sur l’importance du match nul. «Je garde l’esprit d’équipe. Nous venons de faire un gros effort jeudi. On est revenu d’une série de défaites, d’un but encaissé. La feuille blanche est très positive », a-t-il réitéré.

Souligné pour le rival

Jim avait également souligné les vertus de l’adversaire. «La Ponferradina est une équipe très verticale. Ici, dans son domaine, il accorde très peu. C’est pourquoi le point est bon même si nous sommes venus pour tous les trois. En première mi-temps, nous avons eu des jeux dans lesquels Cristian a très bien réussi. Ensuite, dans les actions que nous aimons, nous n’avons pas eu ce succès. Dans certains jeux, son gardien de but a également été assez bon », a-t-il déclaré.

Les modifications apportées dans les dernières minutes ont également été analysées. « La Coupe a pesé sur les deux équipes. Les joueurs avaient l’air fatigués. » La tête vous dit une chose, mais les jambes en disent une autre. Les deux équipes le voulaient mais nous n’avons pas pu. Je pense que c’était plus dû à la fatigue qu’au manque d’ambition », a-t-il déclaré, pour ensuite argumenter les remplacements. Adrian est offensant. Nous avons retiré Juanjo Narváez et Álvaro car ils étaient très fatigués. La seule chose que nous pouvions causer était une blessure musculaire. Il fallait l’éviter. Cette double paire de Nieto et Pep Chavarría était très offensive de notre part. Nous cherchons toujours le meilleur pour l’équipe », a-t-il conclu.