Nous nous entraiderons pour gagner


Matteo Berrettini et Jannik Sinner sont entrés dans l’histoire du tennis italien. Tous deux sont en quart de finale de l’Open d’Australie 2022 : « On va s’entraider pour gagner ».

« Maintenant, j’ai beaucoup plus d’expérience, j’ai grandi à la fois en tant que joueur et en tant que personne ». Jannik Pécheur fête son passage en quart de finale du open d’Australie avec la conscience d’avoir atteint un très haut niveau. Son tennis continue d’être en grande évolution et la croissance des talents sud-tyroliens est là pour tous. Le match remporté face à l’Australien Alex De Minaure, écrasé avec trois sets à zéro, garantissait à l’Italie de mener en quart de finale pour la cinquième fois dans son histoire deux bleus dans un Grand Chelem.

Auparavant, à Roland Garros de 1948, c’était le couple qui s’était fait remarquer Cucelli-Del Bello, puis dans le même Grand Chelem de 1956 ce fut au tour de Pietrangeli-Merlo avant Roland Garros en 1960 avec le tandem bleu formé par Pietrangeli et Sirola. Sinner, quant à lui, est le cinquième joueur italien à atteindre les quarts de finale de l’Open d’Australie après les succès de De Stefani en 1935 puis par Nicolas Pietrangeli en 1957 et Cristiano Caratti en 1991. Peu avant le Tyrol du Sud, il avait eu raison Matteo Berretini de le faire dans l’actuel Open d’Australie 2022.

« J’ai une excellente relation avec Jannik – a déclaré Berrettini lors d’une interview – On se parle presque tous les jours, il y a une compétition très saine entre nous ». Berrettini parle très bien de Sinner et met en avant le caractère du joueur de tennis sud-tyrolien : « Avoir un garçon poli à mes côtés ou contre moi, je pense que c’est une belle chose – il ajouta – J’ai aussi une très bonne relation avec leur équipe et je crois il y aura une bonne relation et nous nous entraiderons « . Berrettini souligne alors : « La pression ne se sent pas comme ça. »

L’Italie du tennis est très ambitieuse, Berrettini : « On peut commencer l’année en remportant la Coupe ATP »

« Matteo tu es une idole » complet avec un coeur rouge imprimé sur l’appareil photo. C’était plutôt la phrase écrite par Jannik Sinner lors de la finale ATP de novembre au cours de laquelle le Tyrolien du Sud a participé au Chelem en remplacement de Berrettini. Une consécration survenue après la victoire de classe en 2001 contre le Polonais Hurkacz. Un geste qui a vraiment frappé le dernier finaliste italien de Wimbledon qui a immédiatement répondu en laissant un message sur le téléphone portable du jeune tennisman : « Merci pour le beau geste, ce n’était pas évident ».

Leur relation ne doit pas vraiment être considérée comme une amitié, mais comme une relation de grand respect mutuel qui se reflète dans les derniers gestes que les deux ont échangés ces derniers mois : « C’est un gars formidable, il est humble, j’aime être avec lui – dit Sinner en parlant de Berrettini – Quand je me sens bien avec une personne, je me sens bien avec elle. A mon avis, plus tu es normal, mieux c’est. » Aujourd’hui, les deux représenteront l’Italie à l’Open d’Australie, entrant déjà dans l’histoire avec leur présence en quart de finale.

« Malgré la différence d’âge, J’ai toujours eu un bon feeling avec Jannik – Berrettini avait dit il y a quelques jours lors d’une interview avec Corriere della Sera – Ça me rappelle un peu moi : il est plus mature que son âge ». Les deux se lient beaucoup et Berrettini sait très bien que tout cela ne peut qu’apporter des avantages à l’équipe Azzurri. « Ici en Australie, nous passons beaucoup de temps ensemble – ajoute Berrettini – C’est une relation utile pour tout le monde : moi, Jannik, le tennis italien et l’équipe de Davis. »