« Nous continuerons à vivre avec le covid-19 dans un futur proche »



le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (QUI), Tedros Adhanom Ghebreyesus, il a prévu que le covid-19 ne disparaîtra pas à court terme et que le monde continuera à vivre avec, mais a assuré qu' »apprendre à vivre avec cette maladie ne signifie pas lui donner une totale liberté ».

« Nous allons vivre avec le covid-19 dans un avenir prévisible, et nous devons apprendre à le gérer avec des systèmes soutenus et intégrés pour lutter contre les maladies respiratoires aiguë », a déclaré Tedros à l’ouverture du Comité exécutif de l’OMS, qui célèbre cette semaine sa 150e session.

Cependant, il a précisé « Apprendre à vivre avec le COVID ne signifie pas lui donner une liberté totale, cela ne peut pas signifier que nous acceptons les 50 000 décès hebdomadaires actuels pour une maladie prévisible et traitable.

Il a également demandé que « n’ignorez pas les conséquences du ‘covid persistant’, qui ne sont pas encore bien compris », en référence aux nombreuses personnes qui, même après avoir récupéré de la maladie, manifestent de multiples problèmes de santé.

Le chef de l’OMS a déclaré que Il existe différents scénarios pour mettre fin à la phase aiguë de la pandémie, mais qu' »il est dangereux de supposer que la variante omicron est la dernière ou que nous sommes déjà à la fin ».

« En revanche, conditions sont optimales pour l’émergence de nouvelles variantes », en raison du nombre record d’infections, qui, le 20 janvier, étaient les plus élevés en plus de deux ans de pandémie, avec près de quatre millions de positifs mondiaux en une seule journée.

Tedros a rappelé que Le 30 janvier, cela fera deux ans que l’OMS a déclaré une urgence internationale en raison du coronavirus. (alors la maladie n’avait pas encore été baptisée covid-19), alors qu’en dehors de la Chine il y avait moins d’une centaine de cas et aucun décès.

« Deux ans plus tard près de 350 millions de cas et plus de 5,5 millions de décès ont été signalés, certains chiffres que nous savons sont conservateurs », a souligné le directeur général de l’OMS, qui a prévenu qu’actuellement 100 cas sont confirmés dans le monde toutes les trois secondes et cinq décès par minute.

« Nous comprenons que tout le monde est fatigué de la pandémie, que les gens sont épuisés par les restrictions de mouvementque les économies et les entreprises souffrent et que de nombreux gouvernements marchent sur la corde raide en essayant d’équilibrer ce qui est efficace et ce qui est acceptable pour le public », a souligné Tedros.