L’Union européenne attend des « preuves scientifiques » pour pouvoir recommander une quatrième dose



La commissaire européenne à la santé, Stella Kyriakides, a affirmé ce vendredi que l’UE (Union européenne) sera « prêt à agir » au cas où il y aurait des « preuves scientifiques » pour soutenir l’application d’une quatrième dose de vaccin contre le covid.

« Au cas où nous verrions des preuves scientifiques sur la nécessité d’une quatrième dose, nous serons prêts à agir », a déclaré Kyriakides aux ministres de la Santé de l’UE réunis extraordinairement par vidéoconférence dans le cadre de la présidence française de l’UE.

« Nous avons fait tout le nécessaire pour avoir accès aux doses au cas où la science soutiendrait leur administration », a influencé le commissaire chypriote.

Il a également rappelé que tant le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies que l’Agence européenne des médicaments « Ils ont été très clairs sur l’importance de la dose de rappel pour assurer une protection adéquate contre les complications graves » avant la baisse de l’immunité et l’explosion du variant omicron.

Au cours de la réunion, les chefs de la Santé du bloc européen ont convergé pour poursuivre partager des informations entre les pays membres « dans le cas d’une éventuelle administration d’une quatrième dose », a indiqué le ministère français de la Santé, organisateur de la réunion, dans un communiqué.

L’idée est de renforcer « une stratégie commune et coordonnée pour garantir une protection maximale aux citoyens européens ».

En outre, les pays membres ont convenu de « mobiliser tous les instruments » de l’UE, comme la politique européenne d’achats groupés de vaccins et de médicaments contre le covid, et préconisé de soutenir « sans ambiguïté » les pays hors Europe qui n’ont pas assez de vaccins.

« Les ressources disponibles doivent permettre que l’administration d’une éventuelle quatrième dose ne se fasse pas au détriment de la politique européenne de solidarité en matière de vaccination », ont précisé les ministres de la Santé.