L’OTAN appelle à la fin des violences au Kazakhstan PROTESTATIONS AU KAZAKHSTAN



Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a appelé aujourd’hui à la fin des violences au Kazakhstan après près d’une semaine de manifestations qui ont coûté la vie à plusieurs dizaines de personnes, contre lesquelles le président du pays, Kasim-Yomart Tokáyev, a ordonné aujourd’hui de « tirer pour tuer » sans préavis.

« Les alliés de l’OTAN surveillent de près la situation au Kazakhstan. Nous sommes inquiets, nous regrettons les pertes en vies humaines et, bien sûr, il est important que la violence cesse et que les droits de l’homme soient respectés, y compris le droit de manifester pacifiquement et la liberté d’expression.», a souligné Stoltenberg à l’issue d’une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères de l’Alliance par visioconférence.

L’affrontement entre les manifestants et les forces kazakhes s’est poursuivi aujourd’hui et ils ont tué 26 personnes, ce qu’ils ont décrit comme des forces kazakhes. 26 personnes ont été tuées dans l’opération qu’ils qualifient d' »anti-terroriste », notamment dans la ville d’Almaty.

Pour tenter de mettre fin aux manifestations, le président kazakh a demandé l’aide de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), un bloc militaire de l’espace post-soviétique qui regroupe six pays et est dirigé par la Russie, dont une partie des forces de pacification ont déjà arrivés dans le pays dans le but de « stabiliser la situation ».

Les manifestations ont commencé en raison de la hausse du prix du gaz liquéfié, qui a doublé le 1er janvier lorsqu’il est passé au système de marché sans réglementation de l’État.Mais ils sont rapidement devenus violents et ont pris une plus grande ampleur avec des manifestations également contre la corruption, l’aggravation du niveau de vie et les clans kazakhs qui contrôlent l’économie du pays.

Bien que le président kazakh, Kasim-Yomart Tokáyev, ait accepté la démission de l’ensemble du gouvernement et tenté de contenir le mécontentement, En décrétant le retour à la régulation étatique des prix des produits de première nécessité pour une durée de 180 jours, les manifestations se sont transformées en émeutes.

Selon les données officielles du ministère kazakh de l’Intérieur, les forces du pays ont tué 26 personnes, qu’elles ont qualifiées de « criminels », dans le cadre de l’opération antiterroriste spéciale qu’ils mènent pour réprimer les manifestations dans le pays, particulièrement nombreuses dans la plus grande ville, Almaty.

26 autres ont été blessés et 3 811 ont été arrêtés.

En même temps 18 agents des forces de l’ordre sont morts dans de violentes manifestations qui ont secoué le pays d’Asie centrale depuis le dernier jour 2 et plus de 740 ont été blessés.