L’enfer se déchaîne entre le Gabon et le Ghana


Mauvaise page en Coupe d’Afrique avec une finale élogieuse entre le Ghana et le Gabon. Tout a commencé par un geste antisportif, et des tirs interdits ont également volé.

Avant, pendant et après Gabon-Ghana vraiment tout s’est passé. Le match valable pour la deuxième journée de la Coupe d’Afrique a été marqué dès la veille par un rebondissement lié à l’absence d’Aubameyang, Meyé et de l’ancien de la Juventus Lemina comme en témoignent les contrôles post-Covid. Blessures cardiaques pour les 3 gabonais, qui devront désormais rester au stand pour ne pas prendre de risques. Malgré les lourdes absences, les Panthers ont tout de même réussi à jouer à égalité avec leurs adversaires en 90 minutes, arrachant le nul à la dernière minute. Et après le coup de sifflet final, une véritable agitation a éclaté.

Belle intensité dans ce match qui a été débloqué par l’un des protagonistes annoncés de la Coupe d’Afrique, à savoir André Ayew, auteur du but de l’avantage du Ghana. Une belle frappe de l’extérieur qui a permis à l’ancien de l’Olympique de Marseille de franchir un but important : c’est pour lui la sixième compétition continentale avec au moins un but à son actif. Les choses semblaient s’être détériorées pour les stars noires, qui ont plutôt dû encaisser la douche froide du tirage au sort à la fin.

En effet, à la 88e minute l’attaquant clermontois Jim Allevinah a fait le 1-1, ce qui a fait faire un bon pas en avant au Gabon. Il est facile d’imaginer les états d’âme diamétralement opposés entre les deux équipes : les Gabonais qui montent en flèche, les Ghanéens très déçus. Ce dernier, cependant, a également dû faire face à un excès de colère, précisément à cause de l’action de tirage de l’adversaire. Tout est parti de la situation polémique classique : un joueur ghanéen était au sol et un coéquipier a botté le ballon pour laisser entrer le personnel sanitaire. Le Gabon au lieu de renvoyer le ballon après avoir continué à jouer, et a signé le 1-1.

Nasri et Mancini, l’enfer dans les vestiaires : « Il a insulté en italien et j’ai menacé ses enfants »

Donc tout s’est passé sur le terrain. L’entraîneur du Gabon Patrice Neveu a applaudi avec trop de véhémence le banc adverse et Ayew s’est jeté contre lui, avant d’être bloqué par quelques coéquipiers et initiés. Au milieu du terrain, en revanche, il y a eu presque une bagarre. Les joueurs des deux équipes sont entrés en collision et les tirs interdits n’ont pas manqué. Le Ghanéen Benjamin Tetteh a donné un coup de poing à un adversaire, qui est tombé sur le terrain. Après quelques minutes de grande tension, l’arbitre parvient à ramener la situation à la normale en éjectant Tetteh. D’autres mesures disciplinaires contre d’autres joueurs ne sont pas à exclure. Une soirée qui s’est terminée de la pire des manières.