L’électricité restera chère en 2022, les tarifs du gaz, les péages et le logement augmentent



L’année 2022 commencera par des hausses de la tarifs réglementés du gaz, péages et timbres autoroutiers, avec le prix fulgurant de la lumière sur le marché de gros et aussi avec le augmentation de la taxe d’immatriculation, ce qui rendra la plupart des véhicules neufs plus chers.

Quant à frais de logement, le marché immobilier a été stressé en 2021 et du secteur ils soulignent qu’il est devenu plus cher entre 3 et 4%. Son évolution en 2022 restera dans l’attente du Droit du logement, ce qui suscite le scepticisme des experts, estimant qu’au lieu de les contrôler, il pourrait les abattre.

Les carburants débuteront l’année loin des plus hauts de fin novembre après cinq semaines de baisse, malgré une fin 2021 avec une augmentation de 25 % dans le cas de l’essence et de 27 % dans le cas du diesel, tandis que les redevances aéroportuaires resteront gelées et qu’aucune augmentation majeure de la Euribor.

Les variations interviendront dans un contexte d’augmentation de 2% du salaire des fonctionnaires et de 2,5% des retraites, ainsi qu’il y aura une augmentation de 2% de l’Iprem, jusqu’à 579,02 euros par mois, et une augmentation du quotas d’indépendants.

Le salaire minimum sera fixé à 965 euros et l’IPC a clôturé 2021 avec une augmentation de 6,7%, son taux le plus élevé depuis 1992.

Le prix de l’électricité reste élevé

Dans le cas de lumière, les marchés à terme suggèrent que le prix de gros de l’électricité («pool»), qui a un impact direct sur la réception des ménages couverts par le tarif réglementé (PVPC), se maintiendra début 2022 au-dessus de 300 euros par mégawattheure (MWh).

Concernant la partie fixe de la facture d’électricité, les charges -qui comprennent, entre autres, les primes pour les énergies renouvelables ou l’amortissement de la dette du système électrique-, fixées par le Gouvernement, enregistreront une baisse de plus de 30 % à compter de janvier par rapport à début 2021, bien qu’inférieure à la baisse de 96 % qui avait été appliquée au second semestre en raison de la spirale haussière du pool. Alors que, les péages -avec lesquels les réseaux sont payés-, qui sont fixés par la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC), enregistreront une baisse moyenne de 4,6%.

Cependant, les baisses de taxes sur l’électricité approuvées au second semestre de cette année seront prolongées, comme la TVA de 21 % à 10 % et la taxe spéciale sur l’électricité de 5,1 % à 0,5 % -jusqu’au 30 avril- ou la suppression des 7 % de taxe sur la production -jusqu’au 31 mars-.

En ce qui concerne la gaz naturel, Les tarifs réglementés augmenteront d’au moins 5,48 % à compter du 1er janvier 2022 pour les consommateurs couverts par le tarif de dernier recours (TUR), après la mesures adoptées par le Gouvernement pour limiter l’impact de la hausse du coût des matières premières, ce qui aurait entraîné une augmentation de la facture annuelle de plus de 83 %.

Concrètement, TUR 1, pour une consommation annuelle inférieure à 5 000 kilowattheures (kWh), la facture annuelle augmentera de 5,48 %, alors que sans la limitation elle aurait augmenté de 83,62 %. De même, dans TUR 2, pour une consommation annuelle comprise entre 5 000 kWh et 15 000 kWh, la facture annuelle augmentera de 6,78 %, en dessous des 103 % qui auraient augmenté sans la limite de 15 %.

Alors que, Les carburants démarreront en 2022 loin des plus hauts de fin novembre, après cinq semaines de baisse, mais avec une augmentation tout au long de 2021 de 25 % dans le cas de l’essence et de 27 % dans le cas du diesel, selon les données du Bulletin pétrolier de l’UE.

Au détriment de la loi sur le logement

Le marché immobilier sera dans l’attente cette année de la loi sur le logement, qui reviendra en Conseil des ministres en 2022. Son approbation, après avoir passé le processus parlementaire, est attendue au second semestre.

Les experts immobiliers estiment que les mesures de l’exécutif auront l’effet inverse de celui souhaité et, au lieu de contrôler les prix des logements, notamment les loyers, elles monteront en flèche. En réalité, logements neufs et d’occasion ferme 2021 4,3% plus cher, Selon Tinsa, Idealista souligne que les logements usagés ont augmenté de 2,8% au cours des 12 derniers mois.

A cela s’ajoute la hausse du coût des matériaux, qui entraîne des hausses de prix des constructions neuves, ainsi que des retards de livraisons.

Au 1er janvier 2022, les tarifs actuels des autoroutes dépendant de la Statut pour les ajuster à l’IPC, tel que rapporté par le ministère des Transports.

Exceptionnellement, quatre autoroutes feront l’objet d’une majoration tarifaire supplémentaire, l’AP-7 Alicante-Carthagène (2,99%) ; l’AP-9 Ferrol-Portugal (2,99 %) ; l’AP-46 Alto de las Pedrizas-Málaga (2,99%) et l’AP-6 Villalba-Adanero (2,84%).

Les voitures deviennent plus chères

Acheter une voiture s’accompagnera d’une augmentation de 12 euros dans la lettre mensuelle pour le conducteur à compter du 1er janvier 2022 à l’occasion de l’entrée en vigueur du nouvelle taxe d’immatriculation, ils pointent du secteur.

L’entrée en vigueur de la réglementation sur les émissions WLTP affectera la moitié de l’offre actuelle de voitures à vendre, ainsi que manque de « stock » avec une demande « vivante » qui provoque une augmentation des prix, parallèlement à la baisse des remises. On estime que 40 % des véhicules neufs verront leur prix augmenter entre 200 et 1 000 euros selon les modèles et les émissions.

Timbres en hausse de 7%

Poster le prix des timbres a augmenté de 7% nécessaires à l’envoi de lettres et de cartes postales normalisées pesant jusqu’à vingt grammes vers des destinations nationales d’ici 2022.

Le taux sera désormais de 0,75 euro, ce qui représente une augmentation de cinq cents, un prix qui s’appliquera à partir de ce samedi 1er janvier.

le Euribor, l’indice auquel la plupart des hypothèques espagnoles sont référencées, indique que décembre clôturera autour de -0,502 %, ce qui il représente une baisse notable par rapport aux -0,487% enregistrés en novembre.

Pour les premiers mois de 2022, iAhorro considère que la stabilité pourrait continuer à être « la note dominante », puisque la Banco Central Europea (BCE) il n’a pas l’intention d’augmenter les taux d’intérêt à court terme. Les chiffres pour le devraient se situer entre -0,3 et -0,5%.

Quota d’indépendant

Les cotisations versées par les indépendants à la Sécurité sociale augmenteront environ entre 5 et 21 euros par mois à compter du 1er janvier, selon l’assiette pour laquelle ils cotisent, après l’augmentation des assiettes maximale et minimale prévue par la loi du Budgets de l’État pour 2022, ainsi que les taux de cotisation les plus élevés que le groupe doit assumer.

L’assiette minimale de cotisation pour les indépendants passera à 960,60 euros par mois en 2022, tandis que l’assiette maximale passera désormais de 4 070,10 euros à 4 139,4 euros.