Le pic ne viendra que dans 10 jours


Le professeur Francesco Franceschi, directeur de l’UOC de médecine d’urgence de l’hôpital Gemelli de Rome, aux micros de Fanpage.it.

Al Service des urgences de la polyclinique Gemelli, l’un des plus grands établissements de santé de Rome, « nous avons constaté une augmentation marquée du nombre de patients la semaine dernière. Nous avons eu beaucoup de travail sur le chemin de la fièvre et le pic ne se produira probablement que dans une dizaine de jours. » Alors aux micros de Fanpage.it le professeur Francesco Franceschi, directeur de la Médecine d’urgence UOC pour Gemini. « Nous avons eu beaucoup de patients positifs au Covid avec des symptômes respiratoires et aussi plusieurs patients chez lesquels le Covid a été détecté fortuitement. C’est-à-dire des patients qui, par exemple, sont arrivés avec une fracture de la hanche et qui ont ensuite été testés positifs pour un écouvillon. Lorsque la circulation augmente. . du virus, le pourcentage de cas, il peut arriver accidentellement qu’un patient atteint d’autres pathologies soit infecté et testé positif ».

Aux urgences Gemini en difficulté en raison de l’augmentation des patients Covid

La situation aux urgences Gemini est compliquée. « Hier matin, par exemple, nous avons eu 18 patients en attente d’hospitalisation dont nous avons réussi à disposer via notre hôpital Covid et via le réseau régional. Ce matin nous en avons eu 10 et nous nous attendons à une nouvelle augmentation des cas dans les prochains jours, car malheureusement le Les périodes de célébrations n’aidaient pas en ce sens, elles favorisaient certainement les infections : il y a eu en fait une augmentation de la socialisation qui a provoqué et provoquera une augmentation du nombre d’infections ».

Les urgences de Gemelli sont bondées de nos jours, malheureusement pour Franceschi, c’est un effet typique des événements épidémiques et pandémiques « au cours desquels de nombreuses personnes tombent malades en même temps. C’est la difficulté: de nombreux patients arrivent tous ensemble aux urgences. et donc il y a une difficulté à gérer un si grand nombre de patients et, par conséquent, à les hospitaliser. Il faut un très grand nombre de lits pour gérer ces patients, et c’est ce qui met les urgences un peu en crise  » . En ce moment, poursuit le directeur, « tout est un peu ralenti : les phases d’hospitalisation se sont ralenties aussi bien pour les patients Covid que non Covid et malheureusement les patients passent plus de temps aux urgences. Pour les raisons que j’évoquais plus haut, lorsqu’un un grand nombre de patients arrivent en même temps à bord des ambulances et comme ces patients sont contagieux, ils doivent être maintenus en isolement, on ne peut pas les mettre tous ensemble dans la salle d’attente et dans ces conditions le seul lieu d’isolement est l’ambulance elle-même . cela signifie que le véhicule est bloqué jusqu’à ce que nous parvenions à faire descendre le patient ».

L’alarme des infirmières : morsures et agressions de patients, flambée des infections à Covid

Pic en 10 jours, presque tous les patients sans vax en soins intensifs

Aux urgences « arrivent des patients de tous âges, beaucoup entre 50 et 60 ans. Les non vaccinés prédominent sûrement, surtout parmi les patients qui doivent être hospitalisés en milieu intensif ou sous-intensif. Dans ces conditions presque tous ne sont pas vaccinés ». Selon le Pr Franceschi, le pic d’arrivées aux urgences peut être observé dans une dizaine de jours : « On s’attend à ce que le pic arrive dans dix douze jours puis on espère qu’à partir du 15 janvier environ il y aura une stabilisation ou mieux petite diminution ».

Symptômes de la variante Omicron

Quant à la variante Omicron, « elle s’est avérée beaucoup plus contagieuse que Delta, mais en revanche elle nous a fait observer une diminution du nombre d’hospitalisations, du moins c’est ce que nous disent les données britanniques. L’effet Omicron oui. remarquera en Italie plus tard, mais progressivement nous observons une augmentation de ces cas qui ont une période d’incubation plus courte, des symptômes liés aux voies respiratoires supérieures tels que maux de tête, rhume, maux de gorge. D’après les symptômes, bien sûr, c’est très difficile pour comprendre à quel type nous sommes confrontés une variante, mais une petite variation dans ce sens est déjà là « .