Le pain a un effet prébiotique qui aiderait les personnes atteintes de maladies intestinales



Le pain fabriqué selon certains procédés a un effet prébiotique détecté par l’Institut de recherche biomédicale de Gérone (IDIBGI) qui est potentiellement applicable aux patients atteints de maladie inflammatoire de l’intestin.

Comme le rapporte l’IDIBGI, le groupe dirigé par le Dr Xavier Aldeguer a comparé les ensemble de bactéries et levures présentes dans les pâtes préparées à partir de différentes farines, recettes et fermentations.

L’étude, dont un article a été publié dans la revue scientifique Frontiers, montre que ces pains produisent chez des patients souffrant de maladies comme la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique. une augmentation de la production d’acides gras à chaîne courte, quelque chose qui a un effet anti-inflammatoire.

Ils augmentent également la présence de certains types de bactéries qui apparaissent en petit nombre dans le microbiote de ces patients, contribuant ainsi à rétablir leur équilibre.

De cette façon il contribue également à moduler l’état d’inflammation intestinale de ces personnes, avec le bénéfice qui en découle pour votre santé.

L’un des co-auteurs de l’ouvrage et membre du groupe de recherche, Marc Llirós, a expliqué que « Les résultats obtenus indiquent un effet prébiotique du pain pour rétablir l’équilibre du microbiote intestinal ».

L’apport de certains aliments « universels », selon Llirós, élaborés avec des recettes spécifiques, peut donc aider dans le cas de ces maladies inflammatoires de l’intestin.

Un autre auteur de l’étude, Aleix Lluansí, souligne en tout cas que l’objectif n’est pas d’envisager le pain « comme remède ou traitement » mais de montrer son « effet bénéfique ».

Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme RETOS-Collaboration du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de la Compétitivité et en fait partie à la fois IDIBGI et sa filiale qu’il partage avec l’Université de Gérone, GoodGut, actuellement entre les mains des laboratoires Hipra, qui développent un vaccin contre le covid-19.

La liste des participants à l’étude est complétée par l’Institut de Recherche Médicale Hospital del Mar (IMIM) et la société Elias Boulanger.