Le ministère des Affaires étrangères demande aux Espagnols du Kazakhstan de limiter leurs déplacements



Le ministère des Affaires étrangères a recommandé ce jeudi aux Espagnols qui sont au Kazakhstan que éviter les foules et les manifestations et limiter leurs déplacements, avant les troubles violents qui sont enregistrés dans le pays.

Selon les informations des chefs de l’ambassade d’Espagne à Nur Sultan, la capitale de cette ancienne république soviétique, il n’y a pas de citoyens espagnols touchés par les émeutes, soulignent des sources diplomatiques ce jeudi.

L’ambassade est en contact avec la communauté espagnole, dans la mesure où les communications le permettent, et l’accent a été mis sur les déplacements qui ne sont pas « strictement indispensables ».

À travers les réseaux sociaux, le ministère a indiqué aux citoyens espagnols que s’ils ont besoin d’aide et si le téléphone d’urgence ne fonctionne pas en raison de l’interruption des communications, ils doivent contacter l’ambassade par courrier électronique.

Le Kazakhstan, situé en Asie centrale, Depuis deux jours il vit les plus grandes révoltes depuis son indépendance, d’abord pacifique et en signe de protestation contre la hausse du prix du gaz liquéfié, principal carburant automobile utilisé dans le pays.

Les autorités ont signalé la mort de 18 agents des forces de l’ordre et de « dizaines de terroristes » et ils reçoivent le soutien militaire des anciennes républiques soviétiques, y compris la Russie. Selon les informations du Bureau d’information diplomatique étrangère, 85 Espagnols résidant au Kazakhstan sont inscrits au registre d’enregistrement consulaire.

Environ 250 entreprises espagnoles opèrent dans le pays, mais la balance commerciale est très négative pour l’Espagne, avec un taux de couverture en 2019 de 8,1%, principalement dû au fait que le Kazakhstan est un important fournisseur de pétrole (le septième en 2018, avec 7% du total).

Les Affaires étrangères ont mis à jour jeudi leurs recommandations de voyage au Kazakhstan face aux manifestations et conseillent de ne pas visiter le pays et, si vous y êtes, d’augmenter les mesures de précaution.

Bien que la situation évolue très rapidement, explique-t-il, lors de la rédaction des nouvelles recommandations, les communications Internet ont été complètement interrompues, seules trois stations de radio émettaient et les connexions téléphoniques étaient restreintes.