Le Covid reste la troisième cause de décès en Italie


Selon le dernier rapport Fiaso, il ralentit la croissance des hospitalisations Covid, mais celle des cas pédiatriques augmente. Le meilleur président : « Malheureusement, nous verrons un plus grand nombre de décès dus exclusivement au Covid, qui continue à ce jour d’être la troisième cause de décès en Italie ».

Soins intensifs, Covid

Soins intensifs, Covid

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

« Environ un tiers des positifs hospitalisés sont hospitalisés pour d’autres maladies primaires, mais en réanimation jusqu’à 90% des positifs sont hospitalisés pour une pneumonie Covid ». Il a commenté comme ça Jean Best, président de la Fiaso, la fédération qui suit le déroulement des hospitalisations, une Tgcom24 la situation dans les établissements de santé italiens aux prises avec la nouvelle vague de la pandémie Covid19.

Selon Migliore, dans les semaines à venir « la tendance des hospitalisations devrait se stabiliser puis commencer à baisser. Malheureusement, dans la même période, nous observerons également un plus grand nombre de décès due exclusivement au Covid, qui continue à ce jour d’être la troisième cause de décès en Italie ».

Selon le dernier rapport de Fiaso, d’après ce qui a été rapporté par le hôpitaux sentinelles, en une semaine, du 11 au 18 janvier, la hausse des hospitalisations en Italie a été de 7,1%, nettement inférieure à l’accélération du 18% enregistré la semaine précédente, du 4 au 11 janvier. Plus précisément, à l’heure actuelle, selon les conclusions de Fiaso, 67,2 % des patients ont développé la maladie de Covid et souffrent d’une maladie pulmonaire, tandis que 32,8 % sont positifs mais sont hospitalisés pour traiter d’autres maladies et, dans la plupart des cas, il a découvert qu’il était positif. pour le virus uniquement au moment de l’hospitalisation qui comprend le prélèvement. Plus des deux tiers de ce dernier groupe de patients hospitalisés « avec Covid » étaient correctement vacciné et pour cela il a été protégé du développement de la maladie. En effet, il s’est retrouvé à l’hôpital pour différentes pathologies.

L’Autriche est le premier pays européen à introduire la vaccination obligatoire : le feu vert du Parlement

Ce qui est inquiétant, souligne le dossier, c’est ce qui se passe avec le enfants: au cours de la période considérée, ils ont augmenté de 27,5% les hospitalisations des patients pédiatriques. Dans les 4 hôpitaux pédiatriques et dans les services pédiatriques des hôpitaux sentinelles de Fiaso, le nombre d’enfants hospitalisés est passé de 120 à 153 en 7 jours, dont 10 en réanimation. Parmi les petits patients le 34% ont moins de 6 mois. Globalement, près de 2 mineurs hospitalisés sur 3 (61 %) ont moins de 4 ans et appartiennent donc à une tranche d’âge non vaccinable alors que 25 % ont entre 5 et 11 ans.