L’audience d’expulsion de Djokovic s’ouvre devant le tribunal de Melbourne



La justice australienne a commencé ce lundi à analyser expulser ou non le joueur de tennis serbe Novak Djokovic, qui est isolé depuis jeudi dans un hôtel de la ville de Melbourne après que les autorités du pays océanique ont révoqué son visa pour non-vaccination.

L’audience d’une journée à Melbourne Federal Circuit Court, qui devait avoir lieu à partir de 10h00 heure locale (23h00 GMT dimanche), commencé en retard et avec des problèmes techniques dans l’émission « en ligne ».

La veille, le juge Anthony Kelly avait rejeté une demande du gouvernement australien de reporter l’audience à mercredi.

La première équipe du matin correspond aux avocats du joueur de tennis serbe, qui ont deux heures pour présenter leurs arguments contre la décision de l’Australie de révoquer le visa de Djokovic à son arrivée dans le pays mercredi dernier.

Según los documentos presentados ante el tribunal durante el fin de semana, el equipo legal del número uno del mundo argumenta que el serbio, de 34 años, recibió a través de un correo electrónico una evaluación del departamento de Interior de Australia en el que se decía Quoi a répondu aux exigences entrer dans le pays sans quarantaine.

Aussi que Djokovic a été testé positif au covid le 16 décembre et que deux semaines plus tard, il a été récupéré, donc le 1er janvier, il avait été autorisé à entrer en Australie sans être vacciné.

Les avocats du gouvernement australien soutiennent que Djokovic, connu pour s’être opposé à la vaccination obligatoire contre le covid-19, reçu aucune garantie que leur exemption d’entrer dans le pays serait acceptée sans être vacciné.

Le numéro un mondial du tennis a atterri mercredi soir à l’aéroport de Melbourne pour participer à l’Open d’Australie, qui se tiendra du 17 au 30 janvier.

Djokovic veut clarifier sa situation afin qu’il soit pris en compte dans le tirage au sort de l’Open d’Australie, qui s’il gagne, deviendra son 10e titre de ce tournoi et son 21e Grand Chelem.

Le gouvernement australien, qui a la possibilité d’utiliser des pouvoirs pour expulser le joueur de tennis serbe, exige que les voyageurs aient le calendrier complet du vaccin contre le covid-19 ou une exemption médicale valide pour entrer dans le pays

Pendant ce temps, et pour la quatrième journée consécutive, de fervents supporters du joueur de tennis se sont réunis dans le centre de Belgrade pour exprimer votre soutien.

« Nole, Nole » ou « Nole, legend » ont crié les manifestants devant le Parlement serbe, où ils ont été convoqués par la famille Djokovic.

« Il n’y a pas de frontières que vous ne puissiez franchir » et « Allez, Nole 1 », lisaient certaines des banderoles qu’ils portaient, tandis que d’autres agitaient des drapeaux serbes et des ballons en forme de cœur.

« Aujourd’hui est un grand jour, où nous allons devant le juge pour obtenir justice. Le monde entier entendra la vérité. Nous espérons que Novak sortira comme un homme libre et réussi », a déclaré le frère du joueur de tennis, Djordje, selon le portail Blic.

Sa mère, Dijana, décrite comme conditions « inhumaines » dans laquelle son fils se retrouve depuis jeudi dernier, à l’asile, et dénonce qu' »ils ne lui donnent que le déjeuner et le dîner, mais pas le petit-déjeuner ».

« Il ne peut pas quitter la pièce, qui n’a pas de fenêtre normale. La seule chose qu’il peut faire est de regarder les murs », s’est-il plaint, tout en insistant sur le fait que « Nole » remplissait toutes les conditions pour entrer en Australie et jouer le Grand Chelem. , qui se jouera du 17 au 30 janvier.

Le père du joueur de tennis, Srdjan Djokovic, a estimé le nombre de manifestants à environ 200, devant lesquels il a de nouveau félicité son fils, comme à plusieurs reprises.

« Novak es la personnification de la liberté, de tous les humains qu’une personne peut avoir », c’est « le meilleur garçon du monde » et un grand humaniste connu pour ses activités humanitaires, a-t-il déclaré.

Il a également réitéré son accusation selon laquelle les problèmes de Djokovic pour entrer en Australie sont dus aux motifs politiques de Canberra.

« Ils sont une honte! », s’est-il exclamé à propos des politiciens australiens.

Il a comparé le joueur de tennis à l’ancien boxeur américain Muhammad Ali, considéré comme l’un des meilleurs de tous les temps, d’origine afro-américaine, « qui a été puni parce qu’il ne voulait pas faire partie du monde impérialiste ».

Djokovic est arrivé à Melbourne mercredi avec une dispense médicale pour ne pas avoir été vacciné, mais les autorités ont révoqué son visa, au milieu d’un tollé international.

Ses avocats ont déposé un recours et soutiennent que le joueur de tennis a été testé positif au covid le 16 décembre 2021 et que deux semaines plus tard il a été rétabli, de sorte que le 1er janvier il a reçu l’autorisation d’entrer en Australie.

Le Melbourne Circuit Court a indiqué que l’audience sur la révocation du visa du joueur de tennis, qui peut être suivie en ligne, se tiendra lundi à partir de 10h00 (23h00 GMT dimanche).