L’Arabie saoudite n’autorisera plus les femmes à visiter la tombe de Mahomet



Le gouvernement de l’Arabie saoudite a annoncé ce dimanche qu’à partir de maintenant les femmes ne pourront plus accéder au tombeau de Mahoma, l’un des espaces les plus visités par les musulmans qui viennent dans la ville sainte de Médine.

Le ministère saoudien des pèlerinages a indiqué que l’application mobile avec laquelle les pèlerinages sont gérés pèlerinages vers les lieux saints de La Mecque et de Médine il ne permettra plus aux femmes de réserver une vue sur le lieu de sépulture du prophète, a rapporté le journal Okaz, qui publie régulièrement des informations officielles du gouvernement.

Avec cette application, qui a commencé à être utilisée avec le début de la pandémie, il y a près de deux ans, vous pouvez réserver des billets pour la Grande Mosquée de La Mecque et la Mosquée du Prophète, où se trouve sa tombe, à Médine, et obtenir un code qui est scanné aux entrées de celles-ci.

En général, selon l’interprétation de l’islam en Arabie saoudite, il est interdit aux femmes de visiter les cimetières, mais jusqu’à présent il y avait généralement indulgence en ce qui concerne le tombeau du prophète, bien qu’à certaines périodes les visites aient également été interdites.

Selon le ministère, la visite de la tombe de Mahomet est désormais réservée aux hommes, tandis que ils pourront demander un permis pour visiter « Al Rawda », la cour de la mosquée du Prophète situé entre la chaire et le tombeau où il a rencontré ses amis.

La tombe se trouve dans la mosquée construite par Mahomet après son arrivée à Médine, où il passa une partie de sa vie et mourut, et Les musulmans viennent le visiter bien que ce rituel ne fasse pas partie des rituels du « hach » ou grand pèlerinage (obligatoire au moins une fois dans leur vie pour les musulmans qui peuvent se le permettre) ni de la « umra », ou petit pèlerinage.

Ces dernières années, l’Arabie saoudite, un pays ultraconservateur qui a imposé de multiples interdictions et limitations aux droits des femmes pendant des décennies, a levé certaines d’entre elles ces dernières années, comme la conduite automobile ou la pratique d’un sport, dans le but de se présenter au monde comme un pays moderne.