Là j’ai réalisé que mon tour était venu


Alessandro Florenzi n’a jamais oublié la Roma bien qu’il soit l’un des points clés du Milan de Pioli aujourd’hui. L’adieu aux Giallorossi est venu après une phrase précise: « Là, j’ai compris que mon tour était venu ».

Alessandro Florenzi est l’une des valeurs ajoutées de ce Milan. L’arrière droit des Rossoneri, arrivé cet été de Rome après avoir été écarté par Mourinho malgré ses excellentes performances au PSG la saison dernière et surtout la victoire des européennes avec l’Italie. Fondamental pour la victoire des Rossoneri sur le terrain d’Empoli et un homme de vestiaire apprécié par la publication du diable après le « soigné » à Calhanoglu dans le derby après l’exultation controversée après le but sur un penalty, le joueur a parlé à DAZN lors d’une interview.

L’AC Milan comme sujet principal mais aussi beaucoup d’informations sur sa carrière et ses premiers mois chez les Rossoneri. « J’ai trouvé une belle famille – il a dit – Notre objectif est clair, nous voulons nous battre pour quelque chose d’important ». Florenzi plaisante aussi sur le climat dans le vestiaire : « Ils m’appellent Spizzmoi, peut-être qu’on a aussi convaincu le coach parce qu’il y a trop de bières ». Une précision alors précisément sur le sujet Calhanoglu : « Je n’ai rien contre lui – spécifique – Mais il a manqué de respect aux supporters de l’AC Milan, exultant comme ça ». C’était aussi une façon de parler de Rome et de la séparation qui s’est opérée avec beaucoup de regret.

Après l’avènement du Friedkin, il y a eu un sentiment immédiat que les joueurs aiment Totti, De Rossi et Florenzi lui-même, pourrait être mis de côté par la nouvelle société. Le projet était différent et basé sur d’autres objectifs et d’autres acteurs. Florenzi s’est retrouvé prêté au Valence puis au PSG. Deux expériences importantes dans deux championnats compétitifs mais surtout dans deux grands clubs européens. « Valence m’a ouvert un monde en tant qu’homme – il a dit – J’étais foudroyé et avec nos filles on a hâte d’y retourner ». L’arrière milanais parle également de l’expérience en France : « Encore une étape que je ne couvrirai jamais ».

Roma-Juventus où le voir à la télé sur Sky ou DAZN : horaires, streaming et formations

Cependant, il est impossible de ne pas parler des adieux au club Giallorossi. « Il me manque parce qu’il est et sera toujours l’équipe que j’ai soutenue depuis l’enfance – souligne Florenzi – Le moment où j’ai réalisé que nos chemins se séparaient, c’est quand ils m’ont dit que les héros n’étaient plus nécessaires pour les fans de la Roma « . Une phrase que le fan de l’AC Milan n’a jamais réussi à oublier : « Devant moi, il y avait une succession d’adieux de De Rossi et Totti et J’ai réalisé que c’était mon tour. » Son comportement était pourtant exemplaire : « Ils sont repartis en essayant de poser le moins de problèmes possible et en se comportant comme un professionnel exemplaire. J’ai accepté et j’ai continué à tourner la page. »