La famille de Davide Villa s’oppose au dépôt d’une enquête


La famille de Davide Villa, le commissaire adjoint de la brigade mobile de la préfecture de police de Catane décédé le 6 mars 2021 dans la capitale de l’Etna 12 jours après l’administration du vaccin AstraZeneca, s’est opposée au dépôt de l’enquête avancée par le parquet de Messine. .

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Les proches de Davide Villa, le surintendant adjoint de l’équipe mobile de la préfecture de police de Catane décédé le 6 mars 2021 dans la capitale étnée 12 jours après l’administration du vaccin AstraZeneca, se sont opposés au dépôt de l’enquête avancée par le parquet de Messine. . L’acte, au nom de la mère et des frères du policier, a été déposé ce jour par les avocats Stefano Maccioni et Carlo Peluso qui ont également demandé un complément d’enquête. Les avocats, en particulier, estiment « qu’il est nécessaire d’enquêter si les protocoles de tests effectués par la société pharmaceutique qui a produit le vaccin AstraZeneca ont été menés correctement et si ce qui est arrivé à Davide Villa et à d’autres personnes était évitable ».

L’affaire est entre les mains du parquet de Messine car le policier était marié à un magistrat en service à Catane. Les avocats, dans une note, affirment que « bien que le rapport des consultants du procureur de la République de Messine ait établi le lien de causalité entre l’administration du vaccin et la mort, une demande a été faite pour le non-lieu des poursuites pénales, informant la population infractions commises le 24 décembre 2021, près de 10 mois après l’ouverture de l’enquête ». « Il reste encore de nombreux aspects à éclaircir – déclare l’avocat Stefano Maccioni – et notamment sur l’étude d’éventuels effets secondaires dus à l’administration, comme celui qui a malheureusement causé la mort de Davide Villa. En tout cas nous croyons, et l’écrivain n’est certainement pas un No Vax, que l’Etat devrait être proche des familles des victimes du vaccin, qui ne représentent heureusement qu’un très faible pourcentage. Ce serait – souligne l’avocat pénaliste de la famille Villa – un signe important de renforcement confiance entre les citoyens et les institutions , surtout en ce moment particulier « .