la compagnie provinciale de bus à l’administration extraordinaire


Les transports publics à Naples

La décision de la Cour sur l’arrangement avec les créanciers le 12 janvier. Les ouvriers écrivent au maire Manfredi : « Sauvons l’entreprise »

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Les transports publics à Naples

La Ctp, la compagnie de bus de la province de Naples vers l’administration extraordinaire, avec un le commissaire nommés par le ministère des Transports, afin de ne pas échouer. C’est l’une des solutions possibles si le Tribunal de grande instance le 12 janvier voisin n’accepte pas l’arrangement pré-faillite présenté par l’entreprise avec le plan de redressement qui prévoit la location de l’unité commerciale à une autre entreprise de transport. Les ouvriers sont inquiets. Le service de transport public du Ctp est à l’arrêt depuis le 20 décembre. Les quelque 500 employés n’ont pas reçu leur salaire le mois dernier. Hier, au sommet de la Préfecture, la propriété ne s’est pas exprimée. D’ici, un lettre signée par les travailleurs et adressée au maire métropolitain Gaetano Manfredi demander son intervention décisive, en vue de la nomination de la semaine prochaine.

L’hypothèse de la succursale de l’entreprise à Anm

En attendant, l’hypothèse de vente de l’unité commerciale, pour laquelle l’Anm, la société de transport de la municipalité de Naples, a été mise à disposition. La ville métropolitaine de Naples, en effet, a envoyé une note à la fois au Ctp et à l’Anm, dans laquelle elle a exprimé sa volonté de de ne pas renouveler la convention complémentaire d’exploitation publique dans la province de Naples à 3,78 euros par km, contre 2,60 euros par km payés par la Région. Un pacte jusqu’alors reconduit tacitement chaque année. D’où les difficultés, car dans ces conditions l’Anm ne pouvait pas acquérir la business unit Ctp pour les 5 prochaines années comme le prévoyait le plan de sauvetage du montage avec les créanciers.

La lettre des ouvriers à Manfredi

Dans la lettre, les travailleurs du CTP se tournent vers le maire Gaetano Manfredi :

Dans Fuorigrotta violent accident de la route à via Terracina, impliqué un scooter

« Nous sommes quelques-uns des numéros d’enregistrement (actuellement environ 500 unités) du livre unique de travail du CTP – écrivent-ils – Malheureusement, cela est devenu au cours des 10 dernières années de notre histoire, une histoire longue de 140 ans et qui est d’environ mettre un terme à.

Nous vous adressons comme le bon pater familias vous demandant de nous faire sentir non plus des étudiants de première année, souvent oubliés, mortifiés et rendus sans valeur, un peu comme un zéro après la virgule, mais de nous redonner la dignité de travailleurs dans une entreprise avec une grande histoire qui a le savoir-faire, les actifs immobiliers et le capital humain compétent pour offrir, même dans un contexte qui pourrait nous voir aux côtés d’autres grands opérateurs publics, un service de transport public aux citoyens de l’agglomération avec sérieux et fiabilité.

Vous seul avez le pouvoir de déplacer cette virgule, de changer enfin le cours des événements, non pas en mettant un point mais en sauvegardant ce qui est bon. Nous vous demandons un acte de fierté non seulement pour les travailleurs du CTP mais surtout pour les citoyens de la région métropolitaine de Naples, qui pour être vraiment vivable, mérite un service de transport en commun adéquat. Précisément cette aire métropolitaine de Naples dont on a tant parlé ces derniers mois (et hélas si peu a été fait en matière de soutien aux transports publics locaux) comme une opportunité de développement dans une logique de système et de vaste territoire fortement relié à la ville de Naples.

Vous pouvez enfin racheter l’aire métropolitaine de Naples et nous « travailleurs du CTP » sommes toujours là, inlassablement prêts à relever tout nouveau défi qui nous donne dignité et avenir, mais avec la certitude qu’avec vous à nos côtés nous pourrions certainement être des gagnants.

Ainsi, le souvenir des origines du CTP jusqu’aux dernières années de crise :

Les origines de CTP remontent à 1881 avec la création de la « Société Anonyme des tramways à vapeur de Naples », concessionnaire de services de tramway et de bus dans la banlieue nord de Naples. Ce n’est qu’en 1957 que les usines et les entreprises de l’entreprise ont été acquises par le « Tramvie Provinciali di Napoli S p A », une entreprise détenue exclusivement par la municipalité de Naples, qui a commencé une vaste activité d’expansion et de développement de transport à Naples et sa province. En 1978, cependant, les tramways provinciaux de Naples S p A ont été dissous pour faire place au « Consorzio Trasporti Pubblici di Napoli », participé à 50 respectivement par la province de Naples et la municipalité de Naples. Le 8 août 2008, la CTP devient une « société par actions » de propriété exclusive de la Province de Naples, puis remplacée, à compter du 1er janvier 2015, par la Ville métropolitaine de Naples, qui devient ainsi la société mère et l’unique propriétaire du CTP, se produisant dans toutes les relations actives et passives.

Le CTP s’occupe de la gestion des services de transports publics locaux pour les personnes de la zone métropolitaine et provinciale de Naples et Caserte. La Société opère sur la base de :

  • trois contrats avec la ville métropolitaine de Naples (un pour les services extra-urbains de la province et deux pour les services urbains dans les municipalités de Pozzuoli et Acerra) du Conseil régional n. 304 du 31 mai 2017 relatifs aux connexions avec le Gare à grande vitesse d’Afragola ;
  • un contrat avec la Province de Caserte (géré par la Région Campanie) portant en grande partie sur des services importants qui se développent le long des 50 km environ de la côte domitienne jusqu’à Naples et, en partie, sur des connexions tout aussi importantes dans la région d’Aversana dans les territoires de charnière entre les provinces de Naples et de Caserte.

Bref, il s’agit de services avec lesquels, malgré les difficultés, la possibilité est offerte à 15 millions de personnes et plus (elles étaient 30 millions il y a seulement dix ans) de se déplacer chaque année pour aller travailler ou aller à l’école.

Le sens de cette lettre n’est pas de l’ennuyer avec des problèmes ataviques des administrations précédentes, aspects qu’elle a malheureusement eu l’occasion de connaître le mois dernier : problèmes financiers qui entraînent rapidement des retards de paiement (notamment des sommes dues aux travailleurs et aux fournisseurs ) et, par conséquent, des conséquences négatives sur la prestation effectuée ; des bus de plus en plus vétustes faute d’investissements ; des déplacements continus de terminus au centre de Naples au détriment d’une « visibilité » des bus qui est un facteur fondamental pour les clients ; Manque absolu de gestion compétente et d’interventions organisationnelles structurelles toujours reportées en raison de la situation d’urgence de l’entreprise etc etc… mais malgré tout, après la demande d’arrangement, au premier semestre 2021 CTP a réalisé environ 70% des prestations le contrat. Ces résultats n’ont été obtenus que grâce au travail acharné de ces étudiants de première année car en réalité derrière eux il y a des Femmes et des Hommes qui ressentent fortement la responsabilité de réaliser un service public et ont fait le sens de l’entreprise appartenant à leur façon d’être, souvent accompagnés aussi de la fierté de faire partie, depuis plusieurs générations, de familles qui se sont succédées au cours des 140 longues années d’histoire.