il ne se fait pas vacciner mais une de ses entreprises étudie un remède pour vaincre le Covid


Lundi, la décision sur l’expulsion du champion serbe d’Australie. Ses avocats ont présenté un mémoire défensif à l’appui de l’exemption de vaccination anti-Covid du joueur de tennis serbe. De nouveaux détails émergent sur l’histoire qui alimentent les soupçons.

Lundi la décision du juge sur l'expulsion de Novak Djokovic d'Australie, arrivé dans le pays sans avoir eu le vaccin anti Covid.

Lundi la décision du juge sur l’expulsion de Novak Djokovic d’Australie, arrivé dans le pays sans avoir eu le vaccin anti Covid.

Dedans ou dehors. le balle de match à partir de Novak Djokovic il se joue dans une salle d’audience : « sa » balle sur la bande prend fin lorsque, arrivé en Australie, il est bloqué dans un avion puis envoyé dans un centre d’accueil pour immigrés. Il a été empêché d’entrer dans le pays car il n’était pas vacciné contre le Covid : il avait pris l’avion pour aller à l’autre bout du monde certain qu’au final, après tant de polémiques et un compromis discutable, il aurait pris le terrain pour faire son travail. Gagner. Au lieu de cela, au moins pour l’instant, il a perdu.

Il appartiendra au juge Anthony Kelly d’ouvrir les portes de l’expulsion ou (et ce serait sensationnel pour la réflexion qu’aurait le verdict) d’accepter la version de l’exemption de l’obligation de vaccination à l’appui de la thèse des avocats. Elle le fera lundi et non mercredi, comme le demande le gouvernement qui a émis l’hypothèse de reporter l’audience de quelques jours seulement, recevant un avis négatif du même juge.

Sa participation au tournoi reste dans la balance, tout sera décidé dans les prochaines heures lorsque le juge se prononcera sur l’opposition faite par les avocats serbes. Si la stratégie défensive choisie est efficace, le champion de tennis tentera de reprendre tout ce qui est son jeu, sinon il devra se résigner – et ce serait le pire épilogue en termes d’image et d’économie – à une période (3 ans ) au cours de laquelle il sera importuné par les autorités australiennes.

Positif Djokovic au Covid, les photos qui démontent la défense des avocats sur la dispense de vaccination

Une fresque des fans serbes de Djokovic attaquant les médias internationaux pour des informations sur le cas du joueur de tennis no vax

Une fresque des fans serbes de Djokovic attaquant les médias internationaux pour des informations sur le cas du joueur de tennis no vax

La thèse qui sera évaluée, et que le témoignage de Djokovic devra suffisamment étayer pour éviter d’être expulsé du pays, risque d’être démantelée par quelques photos compromettantes apparues ces dernières heures. Des images qui prouveraient l’incohérence de la position du joueur de tennis et, plus encore, alimenteraient les soupçons sur la gestion très « personnelle » de la positivité au coronavirus il y a quelque temps.

Ce n’est pas le seul détail qui hurle tout au long de cette histoire. Une enquête d’Il Sole 24Ore a mis en lumière un autre grotesque qui fait autant parler : Djokovic est le propriétaire et principal actionnaire de la start-up QuantBioRes, une société de recherche scientifique fondée en 2020 et qui étudie une méthode de « désactivation » du Sars. – CoV-2. Que signifie la désactivation ? Qui cherche un remède alternatif aux vaccins pour battre Covid. Ici, à l’appui de l’affaire et du buzz qui l’accompagne désormais, il y a aussi une insinuation : c’est la calomnie selon laquelle derrière le choix « no vax » de Djokovic il y a des intérêts économiques qui n’apporteraient que des bénéfices à « sa » entreprise. Match point, de chaque côté de la bande. Et Nole peut tout faire.