hypothèse réduction de la quarantaine à 7 jours et arrêt papa pour vacciné


Le ministère de l’Éducation et le ministère de la Santé travaillent ces jours-ci sur le dossier de la quarantaine à l’école : l’objectif est de simplifier les protocoles.

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Les règles de quarantaine scolaire pourraient bientôt changer. Une circulaire ministérielle suffit à mettre à jour les règles qui déclenchent l’enseignement à distance des positifs dans les salles de classe. Un premier changement, pour simplifier le système, pourrait concerner la distinction entre vaccinés et non vaccinés, qui à l’heure actuelle se fait encore au collège et au lycée.

Pour le secondaire, en effet, si une contagion surgit dans une même classe, une autosurveillance est prévue, avec masques FFP2 obligatoires et enseignement en présence ; avec deux cas positifs confirmés, pour ceux qui ont terminé le cycle de primo-vaccination depuis plus de 4 mois, ou qui ont récupéré depuis plus de 120 jours et qui n’ont pas reçu la dose de rappel, l’enseignement numérique intégré est appliqué pendant dix jours, tandis que pour les autres une auto-surveillance est appliquée avec l’utilisation de masques de type FFP2. Avec trois cas le papa s’active pour tous.

« Il s’agit certainement d’une procédure qui peut être simplifiée, nous travaillons à des simplifications pour les étudiants qui subissent un test qui donne des résultats négatifs, dont le retour à l’école connaît des charges bureaucratiques très problématiques pour les familles », Sous-secrétaire à l’éducation Barbara Floridia a déclaré à Fanpage.it il y a quelques jours.

Covid Campanie, aujourd’hui 11 868 infections et 7 décès : bulletin du dimanche 23 janvier 2022

« Je pense qu’à l’école on devrait introduire le fait que même les enfants qui sont vaccinés sont privilégiés par rapport aux quarantaines au même titre que les adultes »‘. Le gouverneur de la région d’Émilie-Romagne l’a dit Stefano Bonaccini invité de ‘Domenica in’ sur RaiUno. ‘« On ne sait pas pourquoi un adulte, s’il entre en contact avec un positif et est asymptomatique, ne peut pas être mis en quarantaine » et les enfants non, a déclaré le président de la dem, faisant allusion au fait que les nouvelles règles pour les adultes qui ont pris la troisième dose ou qui ont terminé le cycle de vaccination depuis moins de 4 mois leur permettent d’éviter la quarantaine, en l’absence de symptômes .

Mais comment les règles de l’école pourraient-elles changer alors? On estime porter les quarantaines et l’isolement, et donc aussi le papa, à 7 jours pour les élèves vaccinés, et non plus à 10 jours alors. Le sous-secrétaire à la Santé Andrea Costa a proposé une réduction du temps de quarantaine pour le groupe d’âge 12-19 : « On réfléchit au fait qu’on peut réduire la quarantaine dans la tranche d’âge 12-19 ans, parmi laquelle on a 80% d’enfants vaccinés, et on commence à dire que vaccinés et guéris doivent toujours rester en présence ».

Le problème, comme l’ont également souligné vendredi les députés cinq étoiles de la commission de la culture, le vrai problème est représenté par suivi, qui a sauté partout. Selon les règles en vigueur, lorsqu’un élève est positif à l’école primaire, une surveillance avec un test antigénique rapide ou moléculaire est prévue pour la classe, à effectuer immédiatement puis à répéter après cinq jours (T0 et T5). Le problème est que les autorités sanitaires locales qui doivent faire les prélèvements ne sont pas en mesure de les faire à temps, afin de respecter les délais fixés par le protocole. Pour cette raison, une des propositions est de réduire le nombre d’écouvillons fournis : une des idées n’est pas de demander le test immédiatement (T0) et celui après cinq jours (T5) au primaire mais de n’en demander qu’un écouvillon après trois jours.

Au primaire ensuite on passe à l’enseignement à distance avec 2 infections : une hypothèse est de relever le seuil limite, en le faisant passer de 2 à 3, puis d’assimiler le protocole du primaire à celui du collège et du lycée.