Grève des lycéens en Campanie : nous voulons rentrer sains et saufs


Des lycéens de toute la Campanie manifestent : « Nous voulons rentrer sains et saufs ». Et au Lycée Vittorini a symboliquement réactivé le papa.

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Les lycéens descendent dans la rue: à Naples, de nombreux lycées et instituts techniques qui ont vu aujourd’hui la grève de leurs élèves, qui demandent une plus grande sécurité pour leur retour dans les salles de classe. Parmi ceux-ci, les étudiants du Mouvement étudiant parthénopéen, qui hier avaient déjà appelé leurs pairs à descendre dans la rue. Ce matin, les élèves du Liceo Elio Vittorini ont symboliquement « réactivé » les salles de classe virtuelles pour l’enseignement à distance, pour protester contre la décision de ne garder ouverts que les lycées de Campanie. « Ce n’est pas un retour à l’école en toute sécurité, nous avons besoin de masques FFP2 et de tampons gratuits », ont expliqué les enfants, « 60 % d’entre nous viennent à l’école dans le métro, où il n’est pas possible de garder une distance de sécurité ».

Manifestations également à Salerne et à Bénévent

Mais la contestation est pratiquement régionale : à Avellino, les représentants étudiants ont demandé une rencontre avec le maire Festa pour les prochains jours. Dans de nombreuses villes de la province les lycées sont restés aujourd’hui fermés, d’où par ordonnances et où par la neige qui est tombée copieusement pendant la nuit. Toujours à Salerne et à Bénévent, les étudiants ont protesté contre le retour considéré comme dangereux, trouvant également un consensus et un partage de la part des forces politiques. « L’incapacité de gestion de la Région à organiser les transports publics et les soins de santé ne peut être imputée aux jeunes, aux enfants et à leurs familles », a-t-il expliqué. Château de Lambiase, conseiller municipal du Mouvement cinq étoiles à Salerne. il lui fait écho Clément Mastella, maire de Bénévent, que les étudiants ont également convié à un face-à-face. « Considérations intelligentes et de bon sens. Je ne suis pas insensible à votre demande courageuse, et presque mélancolique », alors qu’en la matière je rentre en sécurité, explique-t-il : « J’attends demain, quand je recevrai de nouvelles données de l’ASL, et surtout parce que demain le Tar Campania interviendra sur le bien-fondé des décisions prises par le Président de la Région ».