gagner à domicile et couper avec ceux du dessus



« Il n’y a pas d’autre choix que de gagner à domicile pour réduire ceux qui sont au sommet ». En une seule phrase, Marc Mateu a résumé ce mardi les deux objectifs qui se présentent face au SD Huesca lors de la visite de Ponferradina dimanche (18h15). D’une part, il y a la nécessité de se rapprocher des meilleures équipes – les Bercianos, cinquièmes, font partie de ces équipes – pour voir de près une zone de « play off » qui, après la dispute des deux premières journées de la seconde tour, est de sept points et d’autre part l’obligation de ce qui a été globalement le devoir de l’équipe jusqu’à présent cette saison, sa performance à El Alcoraz, où elle n’a ajouté que 14 des 36 points qui sont entrés en jeu. « Nous faisons bien beaucoup de choses dans notre domaine, mais cela ne se reflète pas dans le tableau de bord« , a déploré le Valencien, qui a également souligné que  » bien qu’il reste beaucoup, si vous ne battez pas ceux qui sont au-dessus de vous, vous soustrayez une semaine et ne les approchez pas ». « Chaque journée contre les rivaux qui sont devant est presque définitive », stressé.

L’équipe a repris l’entraînement après deux jours d’arrêt « avec nos batteries chargées, avec un esprit propre et en pensant à donner une continuité à la dynamique que nous avons ». « Je pense que nous nous améliorons beaucoup dans le jeu », a-t-il déclaré.

Cette tendance haussière a eu pour point d’orgue la dernière victoire à Carthagène (0-3) qui, espère-t-il, servira de tournant. A Murcie, « l’attitude que nous avions en attaque et en défense » a été déterminante.

Sur la dichotomie entre le Huesca qui joue à domicile et celui qui le fait devant ses supporters, il a assuré que « Nous sommes sortis avec la même idée que nous jouions à domicile ou à l’extérieur, bien que lorsque le rival est dans son stade, il est plus exposé et dans le nôtre, c’est nous qui devons porter le poids ».

Jusqu’à présent cette saison, Mateu a joué comme ailier sur les deux ailes, comme arrière gauche et depuis l’adoption du système à trois défenseurs centraux, comme couloir. La position de danse ne donne pas le vertige. « Je me sens à l’aise de jouer », a-t-il réglé la question.

L’effectif a déjà dû accueillir deux renforts et au moins deux autres sont attendus jusqu’à la fin du marché d’hiver. Son adaptation estime que ce sera rapide car le vestiaire est « un très bon groupe, une petite famille qui passe beaucoup de temps ensemble ».

Ces deux nouveaux visages, Lago Junior et Pablo Martínez, peuvent jouer comme lui attachés à un groupe. « C’est important que les gens viennent élever le niveau et ajouter, ça va les faire grandir d’abord et ensuite aussi le groupe », a commenté.