Escriche est justifié dans SD Huesca



Il a ouvert le score, l’a fermé et a servi le ballon à Mateu dans le deuxième but. Dani Escriche a été une pièce fondamentale du 0-3 avec lequel le SD Huesca a battu Cartagena samedi dans le meilleur match de la saison pour l’équipe et aussi pour l’attaquant, qui a ainsi pu se justifier et chanter une sorte de « me voici » au moment où le club cherche sur le marché un attaquant de pointe après une première moitié de parcours dans laquelle ni lui ni ses coéquipiers, Gaich et Pitta , ont contribué à un grand nombre d’objectifs, sept parmi les trois, le même que Seoane.

Parmi eux, Escriche en ajoute quatre, le nombre le plus élevé de sa carrière, et ce ne sera pas parce qu’il n’a pas essayé. JJoueur rapide, constant et travailleur sur le terrain, il est celui qui a réalisé le plus de tirs à Huesca, 24 ans, et le troisième qui a visé le plus de fois parmi les trois clubs, dix, après Joaquín et Seoane, tous deux avec onze.

A Cartagonova, il a fait six coups et trois d’entre eux étaient bien dirigés. Le premier but était à la 41e minute sur une touche de Mateu que Miquel et Insua ont dirigé dans la surface avant que le ’10’ n’envoie le ballon au filet sans le laisser toucher l’herbe. Dans le second, en 73, il dirigea le missile sur l’escouade du croissant.

Ses deux autres cibles étaient survenues il y a bien longtemps, au début de la compétitionn toujours avec Ambriz sur le banc et aucun d’eux n’avait contribué à l’adhésion de Huesca. Ils étaient dans les trébuchements avec l’Oviedo (1-2) et le Lugo (3-2) des journées quatre et cinq.

Avec le Mexicain Escriche, il était un incontournable du onze, avant l’arrivée de Gaich et Pitta et plus tard, lorsqu’il a également agi en tant que deuxième attaquant ou partant du groupe. Cependant, avec Xisco, il avait perdu de l’importance. Jusqu’à samedi, l’Espagnol ne lui avait donné que l’opportunité de débuter 0-2 avec Leganés à El Alcoraz dans le cadre du casting qu’il avait effectué parmi les trois attaquants lors de ses trois premiers matchs devant.. Plus tard, son rôle s’était réduit à celui de révulsif. Il a eu des minutes en Coupe, mais il n’a pas réussi à marquer et lors du match nul avec Gérone, il a raté un penalty.

« C’est ce que le football a, qu’un jour il vous donne et qu’un autre il vous enlève », a-t-il commenté à Cartagonova. « J’espère continuer à m’améliorer et, si l’entraîneur l’envisage, à jouer », Il a ajouté dans un communiqué dans lequel il affirmait que si un bon match avait eu lieu, c’est parce que « toute l’équipe a bien réagi ».

Contre Carthagène, les Catalans se sont affranchis du manque de définition qui leur pesait, une facette qui a été travaillée spécifiquement à l’entraînement et contre laquelle différents tests ont également été réalisés. Gaich a été l’attaquant partant le plus récurrent avec Xisco, mais il a également joué Pitta depuis le début et a même expérimenté avec Joaquín. Escriche manquait à l’appel, qui en a profité. « Il a fait un match très complet, non seulement à cause des buts, mais parce qu’il a appuyé, volé et joué avec le dos », a salué Antonio Calle, qui, en l’absence de l’ancien joueur de Watford pour cause de covid, servi comme entraîneur à Murcie . « Maintenant, nous devons lui demander une continuité dans ce travail, car toute l’équipe en profite », a-t-il poursuivi.

Escriche, qui après les transferts à Lugo et Elche, achève sa deuxième saison complète en tant que joueur du Barça, a su s’adapter et comprendre le système avec trois centres centraux sur lesquels Xisco a parié pour la deuxième journée consécutive et qui, loin d’être défensif , a conduit au plus grand nombre de tirs de Huesca depuis le changement d’entraîneur. Si lors de la défaite en championnat contre Gérone une semaine auparavant, ils ont marqué 17 fois, dont six au but, à Carthagène les records étaient de 18 et 6, ce qui équivaut presque à 19 et 6 du match aller 0-2 contre les noirs et blancs, le sommet de la saison.

Le ‘play off’ continue à sept points

L’importance du 0-3 contre Carthagène doit être placée dans l’aspect émotionnel plus que dans le match de qualification. Après les deux nuls avec le Sporting et Alcorcón et la défaite avec Gérone, Huesca a encore gagné, ce qu’ils n’avaient pas réalisé depuis 3-2 avec Valladolid, et ils l’ont fait en montrant leur meilleur visage, ce qui réaffirme le travail qui était en cours. Au début de la 23e journée, les Catalans étaient 14e et à la fin de lundi avec Oviedo-Eibar, ils seront le 12 mars. Le ‘play off’ continue à sept points loin avant de traverser, toujours en janvier, deux groupes situés actuellement dans la zone noble, la Ponferradina et l’Eibar.