enquête à Bologne financier et policier No Vax


Giuseppe Accroglianò, chef adjoint de la brigade mobile de Bologne, et un sous-officier de la Guardia di Finanza ont été inscrits au registre des suspects pour interruption de service public.

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Giuseppe Accroglianò, sous-chef de la brigade mobile de Bologne, et un sous-officier de la Guardia di Finanza de 50 ans ont été inscrits au registre des suspects pour interruption de service public. Cela a été annoncé avec une note du procureur Giuseppe Amato qui a ouvert un dossier sur l’histoire qui s’est produite au centre de vaccination de Casalecchio, où de graves retards dans le service se seraient produits ainsi que des inconvénients pour les utilisateurs le jour même où le sous-commissaire avait s’est présenté, accompagné d’un avocat, au centre de vaccination, commençant à poser diverses questions sur les effets secondaires du vaccin au médecin d’accueil. La situation était devenue tellement grotesque que le responsable de tous les pôles provinciaux de vaccination a dû intervenir pour répondre à ses questions, mais Accroglianò n’a jamais été satisfait, à tel point qu’il a même finalement appelé les carabiniers pour « cristalliser la scène ». Son but était de démontrer une prétendue incompétence des médecins vaccinateurs, mais la pétulance et l’insistance avec lesquelles il avait posé les questions avaient fini par causer de sérieux désagréments à des dizaines d’utilisateurs, avec des retards importants dans l’administration des vaccins. Le but d’Accroglianò aurait été de démontrer le prétendu manque de préparation du vaccinateur, puis de lui transférer la responsabilité du manque de vaccination.

Le directeur général de l’Ausl, Paolo Bordon, s’est également exprimé sur l’histoire, pour le moins grotesque, annonçant son intention de porter plainte. Le policier, alors, précisément parce qu’il n’était pas vacciné, a été suspendu de ses fonctions. Le Procureur, « en raison de la pertinence que revêt l’affaire dans ce contexte d’urgence » a procédé d’office, inscrivant le policier et le financier, qui avaient commis le même comportement au carrefour de la Foire, au registre des suspects.