En Campanie, stop aux interventions non urgentes, les médecins en danger de santé contre la Région


Les ordres des médecins de Naples, Salerne, Caserte, Avellino et Bénévent écrivent à De Luca : « La protection de la santé est menacée en Campanie »

Banque d'images

Banque d’images

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Les médecins de Campanie contre la stop aux interventions chirurgicales non urgentes en milieu hospitalier et spécialiste ambulatoire. le ordres des médecins de Naples, Salerne, Caserte, Avellino et Bénévent, dans une note commune stigmatisent la décision de la Région Campanie, prise pour faire face à l’augmentation des infections à Covid19 : « Ainsi le droit à la santé est nié ».

La lettre des ordres médicaux à De Luca

Mais ce qu’écrivent les présidents des Ordres des Médecins de Naples, Bruno Zuccarelli, Salerne, avec le coordinateur Giovanni D’Angelo, Caserte, Maria Erminia Bottiglieri, Avellino, Francesco Sellito, et Bénévent, Giovanni Pietro Ianniello, dans la lettre signée par la Coordination qui s’est réunie en session extraordinaire ?

« Sans préjudice du droit de la Région d’édicter des dispositions restrictives en matière de soins hospitaliers, si elle juge indispensable pour faire face à l’urgence pandémique, nous estimons de notre devoir de stigmatiser que ces dispositions conduisent effectivement à nier à une grande partie de la population droit à la protection de la santé, que la Constitution reconnaît comme un droit fondamental indépendamment des différences socio-économiques ».

No vax restaurateur en réanimation pour Covid, Pietro : « J’ai fait une erreur, mes poumons étaient en tilt »

Pour la coordination des blouses blanches, le Système Régional de Santé

« Les risques d’être dépassés par le nombre d’infections ces dernières semaines. Après deux ans de pression, les médecins sont épuisés. Les médecins de famille et les pédiatres de libre choix, en plus de garantir l’assistance à leurs patients covid et non covid, sont astreints à un travail super administratif/bureaucratique, pour le signalement de la positivité et pour les procédures liées aux quarantaines et à l’isolement ».

« Situation critique dans les hôpitaux »

Dans les hôpitaux, ajoutent-ils, « la situation est critique : salles pleines, urgences en limite de capacité. Le tout compliqué et aggravé par des infections de la part de médecins et d’infirmiers, qui réduisent encore le personnel déjà en souffrance chronique. Le Covid fait toujours peur, et les citoyens recourent au 118 à la moindre difficulté respiratoire. Tout aussi en difficulté sont les collègues des services d’épidémiologie et de prévention de l’ASL impliqués depuis deux ans dans la campagne de vaccination et dans les activités de traçage ».

Il y a alors un risque d’allongement des listes d’attente :

« La suspension temporaire des élections et des activités spécialisées ambulatoires décrétée par notre Région – poursuivent les médecins – va compliquer une situation déjà très compromise. Le blocage de facto en santé publique des activités électorales et des spécialistes ambulatoires entraînera dans de nombreux cas un retard de diagnostic avec des résultats imprévisibles et un allongement des listes d’attente qu’il sera difficile de rattraper dans les mois à venir ».

« Les clarifications envoyées à cet égard par la région de Campanie – concluent-ils – compliquent encore le tableau, déchargeant les médecins de la responsabilité de discriminer sur l’urgence ou non du service à fournir, sans préciser par quel médecin et dans quel établissement de soins ce décision doit être assumée. En tant que Coordination Régionale des Médecins des Ordres de Campanie, organes subsidiaires de l’État, nous avons l’intention de réitérer au gouverneur De Luca notre entière disponibilité pour une collaboration plus efficace également à travers un moment d’écoute, comme l’exige la position de subsidiarité des Ordres. vis-à-vis du ministère de la santé. « .