De nouvelles variantes peuvent arriver, mais le vaccin fonctionne avec toutes


Le virologue américain, qui s’exprimait lors de Che tempo che fa, souligne que le vaccin « a été développé pour une souche d’origine, et fonctionne contre toutes les variantes ». Précisément sur les variantes, cependant, il tire la sonnette d’alarme : « Nous devons nous préparer si de nouvelles surgissent, il n’y a aucune garantie ».

L’attention doit rester très élevée, notamment au vu des nouvelles variantes du virus qui peuvent arriver. Antoine Fauci il a mis tout le monde en garde, parlant à Che tempo che fa sur Rai 3 et abordant toutes les questions du moment concernant la pandémie de Covid. Les mutations de la variante Omicron Je suis une épée à double tranchant : « Il y aura exposition pour tous, sinon contagion, l’année prochaine – explique le virologue américain – Mais l’important est que si vous êtes vacciné, votre propension à des conséquences graves est extrêmement faible« . Il suffit de regarder les statistiques : »Les hospitalisations par rapport au nombre total de cas sont nettement inférieures à la variante Delta« . Le virologue américain met tout le monde en garde contre la variante Omicron : »Cette propagation rapide du virus ne signifie pas que le résultat est grave, mais nous devons être prudents – fait remarquer – compte tenu du volume de personnes infectées, même si une petite fraction sera hospitalisée, le danger de surcharge du système hospitalier demeure« .

Fauci a aussi son mot à dire sur la tranche de la population no vax, encore plus nombreuse aux Etats-Unis qu’en Italie : « Nous avons une grande division aux États-Unis, ne pas se faire vacciner pour des raisons idéologiques, et non pour des raisons de santé, il n’a pas raison – fait remarquer – Il est très efficace, sûr et peut prévenir les maladies les plus graves. Nous avons un outil qui nous permet de contrôler cette pandémie, et beaucoup disent non« .

Le virologue tire cependant également la sonnette d’alarme sur la possibilité de nouvelles variantes du virus Sars-Cov-2 : « Si on s’arrête avec Omicron et qu’il n’y a pas d’autres variantes, super – explique – Mais il n’y a aucune garantie, nous devons être prudents« . Le but est »arriver à un point où la gravité de la maladie est si faible qu’elle n’a aucun impact« . Le fait est que »nous espérons pouvoir abaisser ce niveau de réplication virale, mais nous devons être prêts à l’émergence de nouvelles variantes« . C’est toujours: « Il n’y a aucune garantie, c’est pourquoi la surveillance est importante« .

Israël teste une quatrième dose de vaccin pour vaincre la variante d’Omicron

Quant aux vaccins, cependant, il souligne encore : «Nous avons maintenant un vaccin qui a été développé à l’origine pour une souche parente, qui fonctionne contre toutes les variantes« . Maintenant « les gens doivent être vaccinés avec le vaccin que nous avons, de cette façon il y a une protection générale« . Nous ne devons pas « partez à la chasse à chaque variante, nous travaillons dur pour avoir un vaccin contre le coronavirus universel« . Et sur les petits il précise : »Il n’y a aucune raison de ne pas vacciner les enfants, ça marche et c’est efficace et c’est sûr« . Puis il conclut en parlant de prévention : »C’est une très grave erreur de penser que s’il existe un remède on ne se fait pas vacciner, il vaut toujours mieux prévenir une infection« .