Cris, insultes et lancers de raquettes : Djokovic déchaîné



« Les sportifs de haut niveau n’ont parfois pas conscience de leur pouvoir et que même s’ils ne le veulent pas, la société fait des leaders exemplaires et leur demande des » et « avant cela, il ne reste plus qu’à être conscient de ce qui se fait à tout moment ». C’est l’avis du docteur en sociologie et professeur à l’Université internationale de La Rioja, Víctor Renobell, qui souligne que la situation pour laquelle le numéro un mondial du tennis passe depuis des jours, révélant si « l’exemplarité » que la société exige des personnalités publiques « leur permet d’avoir une réelle liberté ». « Djokovic a pris une série de décisions individuelles sans penser à toutes les répercussions qu’ils pourraient avoir, et a fini par impliquer ses partisans et même les gouvernements », détaille Renobell.

Le joueur de tennis serbe est arrivé lundi à Belgrade après que l’Australie l’a expulsé après plusieurs jours d’incertitude et a ainsi perdu sa participation à l’Open, la compétition dont Djokovic est le roi et où il aspirait non seulement à revalider son titre, mais à surpasser Roger Federer et Rafa Nadal en tant que joueur de tennis qui a remporté le plus de tournois du Grand Chelem de l’histoire.

Nole, un modèle en matière de sport, n’est pas ce qu’on dit être exemplaire dans son comportement, tout sur le terrain, où son explosions de colère et leurs mauvais visages Ils n’ont pas été très édifiants. Il y a quelques exemples, comme celui dans lequel il a joué l’an dernier aux Jeux olympiques de Tokyo, où il a eu un accrochage avec l’Espagnol Pablo Carreño alors que tous deux se battaient pour la médaille de bronze. Le match ne se déroulait pas comme Nole s’y attendait et il a perdu son sang-froid pour se défouler contre des tribunes vides. Des cris, des lancers de raquettes et des gestes agressifs qui ont fait de lui l’un des grands noms des Jeux.

Un an plus tôt, à l’US OPEN 2020, également contre Carreño, Djokovic a lancé avec colère une balle qui a reçu un juge de ligne carrément dans la gorge, après quoi il est tombé au sol et a nécessité une assistance médicale. Un geste qui n’était pas intentionnel, mais qui a mis fin à la disqualification du joueur de tennis des Balkans.

Plus d’exemples. Au Masters de Londres 2016, il a jeté sa raquette en plein match puis s’est mis en colère contre les journalistes qui l’ont interrogé à ce sujet. « Ai-je failli être disqualifié ? Je n’ai pas été disqualifié, donc non. Ça aurait pu être grave, oui, si le ballon avait touché un spectateur. Il pourrait aussi avoir neigé à l’O2 Arena (le lieu où se déroulait le tournoi), mais cela ne s’est pas produit non plus », a-t-il répondu avec colère.

Et en 2015, un ramasseur de balles a été la victime du Serbe lors de la finale de l’Open de Miami contre Andy Murray. Djokovic s’est adressé à lui avec cris et mauvais gestes pour ensuite insulter les tribunes en serbe.

Détente, yoga et sans gluten

Cependant, sa colère explosive et son esprit sportif douteux quand les choses ne vont pas dans son sens ne ternissent pas son indéniable succès sportif, qui l’a propulsé au sommet du classement mondial du tennis. Une recette qui mêle des ingrédients comme le talent et le travail, mais aussi un régime sans gluten, la pratique du yoga et la relaxation mentale. Tout cela combiné avec une chambre à oxygène pour la récupération, un gourou spirituel pour la préparation mentale et des visites dans une mystérieuse pyramide en Bosnie se recharger en énergie…

Ces derniers temps, il a également augmenté sa popularité. Comme ses salutations dans les tribunes après chaque titre ou son déclarations sur la voie dans la langue du public local (essentiellement en français, allemand, italien et anglais).

Il a également essayé de gagner l’affection et le respect des autres joueurs, principalement avec le création du syndicat des joueurs de tennis PTPA (Association des joueurs de tennis professionnels). Sans succès excessif, tout est dit.

Pendant ce temps, en juin dernier, le magazine ‘Forbes’ a placé le Serbe à la 46e place parmi les 100 athlètes les mieux payés au monde en 2021 avec 30,2 millions d’euros, derrière Roger Federer (90) et au-dessus de Rafa Nadal (23,6) en termes de joueurs de tennis masculins, car Serena Williams et Naomi Osaka ont collecté plus d’argent que le Serbe. Cependant, Djokovic a surmonté les 150 millions de dollars (131,3 en euros) de prix sportifs, selon l’ATP elle-même. Le reste vient des sponsors.

Beaucoup des marques prestigieuses ont fait et font confiance au numéro 1 actuel du tennis : Asics, Head, Hublot, Lacoste, Seiko, Mercedes-Benz, Peugeot, Ultimate Software Group, Lemero, NetJets, Raiffeisen Bank International et Uniqlo en font partie. Actuellement, et compte tenu de son palmarès plus que solide, il gagne déjà plus pour la publicité que pour la partie sportive. Et le Serbe a d’autres avenues d’affaires ouvertes, de son livre sur la nutrition et le style de vie ‘Servir pour gagner : Le plan sans gluten pour l’excellence physique et mentale’, à sa ligne de produits alimentaires Djokolife et à la chaîne de restaurants Novak Cafe & Restaurant, avec des emplacements dans les villes serbes de Belgrade, New Belgrade et Kopaonik.

Cette fortune de plus de 190 millions d’euros lui permet de profiter de la vie confortablement. Djokovic parcourt le monde à bord des jets privés de NetJets, l’un de ses sponsors. Dans son domaine est un appartement à Monte Carlo (Monaco), l’une des villes au marché immobilier le plus explosif au monde où il a établi sa résidence en raison de son régime fiscal avantageux.

Au cours des cinq dernières années, il a également acheté deux appartements dans le SoHo de New York, un luxueux penthouse à Miami et une villa ostentatoire à Marbella (Málaga). Parmi ses caprices figurent le yacht modèle Manhattan 90 -il l’a vendu il y a quelque temps- et une chambre de pression pour la musculation. Et dans le garage de Novak Djokovic se trouvent des modèles proposés par ses sponsors (BMW, Audi, Mercedes, Peugeot) mais aussi une Aston Martin DB9, une Bentley Continental GT et une Tesla Model X.