Covid et hôpitaux qui s’effondrent à Palerme, des sauveteurs épuisés dorment dans une ambulance : la photo symbolique


Deux 118 sauveteurs dormant dans l’ambulance devant les urgences de l’hôpital Cervello de Palerme. Ils attendent de confier le patient qu’ils transportent, positif au virus, aux soins des médecins.

Photo de Luisa Santangelo/Fanpage.it

Photo de Luisa Santangelo/Fanpage.it

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Sur le front du Covid, la situation apparaît de plus en plus compliquée en Sicile et c’est justement de l’île que l’on arrive symbole photo de l’urgence de nos jours. Deux 118 sauveteurs dormant dans l’ambulance garée devant les urgences de l’hôpital Cervello de Palerme. Ils attendent de confier le patient qu’ils transportent, positif au virus, aux soins des médecins. C’est la troisième ambulance d’affilée qui, en début d’après-midi du 7 janvier, compte 14 véhicules. Quatorze ambulances attendent d’être reçues aux urgences du Cervello di Palermo, point de référence Covid dans la capitale sicilienne.

La Région a mis en place des structures tendues pour augmenter la disponibilité des lits. Après celle de dix places montée devant l’hôpital de Cervello, deux autres sont prêtes aux hôpitaux Civico et Villa Sofia. Aujourd’hui le Cerveau a fini de convertir ses départements en départements Covid, récupérant 250 places. Aux urgences, il y a actuellement entre 45 et 50 patients Covid qui attendent de voir s’ils seront emmenés dans le service. ET les mêmes sauveteurs recommencent à craindre, encore plus que dans les premiers mois de la pandémie en 2020: l’un d’eux confié à Fanpage.it la peur d’avoir des contacts pendant le travail avec des personnes qui découvrent seulement après une intervention qu’elles sont positives au Covid-19.

« Hier a certainement été parmi les pires jours depuis le début de l’urgence Covid en mars 2020. Notre salle est pleine, avec tous les patients non vaccinés », a déclaré Baldo Renda, le directeur de l’unité de soins intensifs du Cervello à Palerme. « Nous avons été obligés de transférer les patients intubés à l’hôpital de Partinico, car seuls ces deux hôpitaux de Palerme ont actuellement des soins intensifs Covid ».