comment le voir et quels sont les risques


L’astéroïde rocheux colossal (7482) 1994 PC1 d’un diamètre de 1 kilomètre survolera notre planète cette nuit. Le passage à 22h51 heure italienne.

Dans la soirée d’aujourd’hui, mardi 18 janvier 2022, un événement incroyablement fascinant et incontournable aura lieu pour tous les fans de astronomie: le passage proche (mais totalement sûr) vers le Terre de l’énorme astéroïde rocheux (7482) 1994 PC1, qui a un diamètre estimé d’environ 1 kilomètre. Le « pierre de l’espace« Dira au revoir à notre planète à 22h51 heure italienne, filant à toute vitesse 70 mille kilomètres par heure (près de 20 kilomètres par seconde) à environ 2 millions de kilomètres de la surface, soit environ cinq fois celle qui nous sépare en moyenne de la Lune. Comme indiqué il n’y a pas de risque d’impact, mais ce sera une occasion unique d’essayer d’observer l’objet même de chez soi. Voici tout ce que vous devez savoir pour ne pas manquer le spectacle paradisiaque.

Comment voir l’astéroïde (7482) 1994 PC1

En raison de sa taille généreuse et de sa proximité, plutôt réduite en termes purement astronomiques, l’astéroïde (7482) 1994 PC1 deviendra suffisamment brillant (en réfléchissant la lumière du soleil) pour être observé même à travers une petite télescope amateur. « Les dimensions respectables font de 1994 PC1 le plus gros astéroïde connu à ce jour qui, dans le courant de 2022, s’approchera de notre planète à moins de 10 distances lunaires (3,8 millions de km). Cela permettra de l’observer même avec des instruments modestes, car il deviendra suffisamment brillant pour se montrer à travers des télescopes amateurs », a déclaré l’astrophysicien dans un communiqué. Gianluca Masi, directeur scientifique du Virtual Telescope Project (VTP). Même de bonnes jumelles peuvent suffire. Mais où exactement chercher la pierre de l’espace au firmament ? A 18h00 aujourd’hui, l’astéroïde sera au coeur de la constellation de la baleine, plus ou moins à mi-chemin entre les étoiles Kafalgidma et Sadr al Kaitos. A 18h00 la constellation sera précisément au Sud, au-dessus de celles de l’Eridan et de Fornace et en dessous du Bélier et des Poissons. Si vous n’avez pas de télescope, de jumelles ou peut-être d’appareil photo avec un grand téléobjectif pour tenter l’observation, le projet de télescope virtuel diffusera un flux en direct à partir de 21h00. Vous pouvez le suivre en cliquant sur le lien suivant (le passage de l’astéroïde sera commenté par l’astrophysicien). Comme précisé par Masi, entre le 18 et le 21 janvier l’astéroïde sera clairement visible depuis leItalie, traversant en ces jours « les constellations de l’Éridan, de la Baleine et des Poissons, pour se diriger ensuite vers celles d’Andromède et de Cassiopée ». La seule source de perturbation, outre la météo, pourrait être la luminosité du Lune, qui aujourd’hui même 47 minutes après minuit a atteint la phase de pleine lune, la soi-disant « pleine lune du loup ».

Que se passerait-il si un si gros astéroïde s’écrasait sur la Terre ?

L’astéroïde (7482) 1994 PC1 est classé par la Nasa parmi objets potentiellement dangereux (PHO) puisqu’il a un diamètre supérieur à 150 mètres et que son orbite se rapproche de celle de la Terre à moins de 0,05 Unités Astronomiques, soit environ 7,5 millions de kilomètres (une UA est la distance qui sépare la Terre du Soleil, 150 millions de kilomètres). C’est un véritable colosse, dix fois plus grand que la cathédrale de Milan. Si un tel objet devait s’écraser sur Terre, cela causerait des dommages catastrophiques au niveau national / continental et certains effets au niveau mondial. Nous ne sommes pas face à un « monstre » capable de déchaîner extinctions massives, comme la comète du film Don’t Look Up de 9 kilomètres ou l’astéroïde Chixulub de 10 à 14 kilomètres qui ont anéanti il ​​y a 66 millions d’années dinosaures non aviaires et de nombreux autres groupes animaux et végétaux, mais les dégâts seraient apocalyptiques, avec probablement des dizaines de millions voire des centaines de millions de morts. Pensez juste qu’un astéroïde de « soleils » 100 mètres s’il tombait au centre de New York, il « anéantirait » la métropole, tuant des millions de personnes. Le 15 février 2013, le météore de Tcheliabinsk qui a explosé dans le ciel de la Russie, à 30 – 50 kilomètres d’altitude, a causé plus d’un millier de blessés et détruit des fenêtres à des dizaines de kilomètres. La taille estimée du météoroïde était de soleils 15-17 mètres pour une masse de 10 000 tonnes : il a pu dégager une énergie de 500 kilotonnes. Si laonde de choc s’il avait heurté un endroit densément peuplé, les dommages aux biens et aux personnes auraient été nettement plus importants (des fragments de plusieurs centaines de kilogrammes ont été récupérés dans un lac). Cela donne une assez bonne idée des dommages catastrophiques qu’un astéroïde d’un kilomètre voyageant à 70 000 kilomètres à l’heure pourrait causer en s’écrasant sur Terre. Qu’il suffise de dire que Chixulub a provoqué un tsunami de 1,5 kilomètre de haut qui a traversé le continent à plus de 140 kilomètres à l’heure.