Arrêt au parrain et à la marraine pour le baptême et la confirmation, l’évêque de Mazara : Ils ont perdu leur sens


La figure du parrain est devenue « une présence liturgique purement formelle » dans le baptême et la confirmation, a expliqué Mgr Domenico Mogavero, évêque du diocèse de Mazara del Vallo.

Image d'archive

Image d’archive

« La fonction de parrain dans les deux sacrements du baptême et de la confirmation il a perdu son sens originel se limitant à une présence liturgique purement formelle  » ainsi Mgr Domenico Mogavero, évêque du diocèse de Mazara del Vallo a justifié le choix de annuler la présence de la marraine et du parrain à la fois pour le baptêmes des enfants qui pour la confirmations d’enfants et d’adultes. La disposition, déjà lancée l’été dernier après un long débat au sein du diocèse, est entrée en vigueur le 1er janvier avec le début de la nouvelle année, comme le prévoit l’arrêté de l’évêque. Un choix qui n’est pas une nouveauté absolue étant donné que d’autres diocèses ont déjà commencé à expérimenter en ce sens et s’inscrit dans un débat qui traîne depuis très longtemps dans l’Église catholique. Comme l’explique l’évêque, plusieurs prêtres et ecclésiastiques ont réclamé cette décision et, de plus, l’église n’exige pas la présence d’un parrain mais l’indique « dans la mesure du possible ».

La mise à disposition de l’évêque du diocèse de Mazara del Vallo est une sorte d’expérimentation qui durera 3 ans comme le prévoit le nouveau plan pastoral. Dans le détail, le décret l’oblige arrêt à toute sorte de parrain au moins jusqu’en 2024 organiser la suspension « ad experimentum » des parrains et marraines dans la célébration du sacrement du baptême des enfants, de la confirmation des adolescents et des adultes et dans le rite d’initiation chrétienne des adultes. Selon Monseigneur Domenico Mogavero, en effet, dans ces moments de passage significatifs pour un fidèle catholique, il est important d’avoir une personne qui vous suit réellement sur le chemin religieux et non une figure formelle. Pour cette raison, seuls les parents ou ceux qui ont veillé à leur préparation lors des cours d’initiation accompagneront ceux qui doivent recevoir le baptême ou la confirmation devant le prêtre. La figure du parrain est devenue « une présence liturgique purement formelle qui n’est pas suivie de l’accompagnement des baptisés et des baptisés sur le chemin de la croissance humaine et spirituelle », écrit l’évêque dans le décret