à partir d’aujourd’hui les tampons rapides sont également comptés


Aujourd’hui, 11 janvier, plus de 30 000 positifs ont été enregistrés en Campanie, plus du double hier. Le record du changement de compte : les antigéniques ne devraient plus être confirmés avec le moléculaire.

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Le bulletin Covid de la Cellule de Crise de la Région Campanie aujourd’hui, 11 janvier 2022, annonce que les nouveaux positifs sont 30 042: un nombre énorme, qui par rapport au chiffre d’hier (13 107) suggérerait un boom des infections au cours des dernières 24 heures. En réalité ce n’est pas le cas, il n’y a pas eu de pic soudain de l’épidémie en Campanie, ce qui a changé, c’est le système utilisé pour compter les nouvelles infections: à partir d’aujourd’hui, en raison des dispositions nationales, le résultat des écouvillonnages rapides est également immédiatement considéré comme valide, qui devait auparavant être confirmée par le moléculaire.

En Campanie 30 000 Covid positifs: le système de comptage a changé

Le bulletin régional sépare les données : sur les 30 042 positifs, 17 838 se sont révélés positifs au frottis antigénique (sur 77 387 tests) et 12.204 au moléculaire (sur 48 278 tests) ; ce dernier chiffre est ce qui aurait été pris en considération jusqu’à hier (et est comparable aux chiffres enregistrés ces derniers jours). Avant la décision du Gouvernement, en effet, pour ceux qui étaient testés positifs à l’antigénique, un deuxième examen était prévu, réalisé avec le moléculaire ; la positivité n’a été enregistrée qu’au résultat du prélèvement de confirmation, il y avait donc un certain nombre de personnes qui, bien qu’ayant été testées positives en une journée, se sont ensuite « étalées » sur les suivantes en cas d’infection confirmée. Avec le changement de système commencé aujourd’hui, cependant, la positivité au tampon antigénique est déjà comptée.

Avec aujourd’hui La Campanie est conforme à presque toutes les régions italiennes, qui comptaient déjà depuis quelque temps des substances antigéniques rapides sans double contrôle moléculaire (la décision a été prise début 2021, avec des exceptions pour des cas particuliers comme les dépistages scolaires). A ce jour, comme on peut le voir dans le prospectus national de la Protection Civile, il n’y a que deux régions qui ne communiquent pas les positifs constatés sans la confirmation du moléculaire, à savoir la Basilicate et les Marches : pour les deux le décompte des positifs identifiés à l’antigénique est égal à zéro alors que celui de la Campanie, arrêté depuis des mois, a recommencé à augmenter aujourd’hui.

Omicron en Italie, le physicien Battiston : « Loin du pic et de la détérioration de la situation dans 8 Régions »

En Campanie, enregistrement des positifs, rapide et moléculaire compté dans le bulletin

Mais à quoi ressemblerait le bulletin avec les règles en vigueur jusqu’à hier ? Une réponse n’est évidemment pas possible, mais vous pouvez vous faire une idée avec un calcul mathématique. Le bulletin n’aurait indiqué que les positifs au moléculaire, soit 12.204. Le total des tests aurait probablement été de 107 827 (c’est-à-dire le total des tests moléculaires et rapides sans compter l’antigène à confirmer). Le pourcentage de positivité aurait donc été de 11,32 %, dans la lignée des jours précédents, et non celui de 23,91 % enregistré avec le nouveau système.

Ambulances faisant la queue à Cotugno, le 11 janvier 2022

Ambulances faisant la queue à Cotugno, le 11 janvier 2022

Les files d’attente sont de retour devant le Cotugno, la Campanie risque la zone jaune

Aujourd’hui les files d’attente devant l’hôpital de Cotugno sont revenues : dans l’après-midi et jusqu’au soir, plusieurs ambulances étaient bloquées en attendant le roulement des hospitalisations. Des photographies et vidéos tournées devant l’hôpital napolitain (et diffusées par l’association Hands Off Ippocrate) montrent les moyens d’aide alignés en raison du manque de lits disponibles, une situation qui s’était déjà produite ces derniers jours.

En Campanie, du dernier bulletin, ils apparaissent 1091 personnes hospitalisées en hospitalisation ordinaire (+6) et 85 en réanimation (+8). Sur la base des disponibilités communiquées par la Région Campanie, l’emploi est donc de 34,52 % pour l’hospitalisation ordinaire (3 160 places entre offre publique et privée) et de 12,16 % pour les Soins Intensifs (699 lits disponibles dans la région).

La « classification des couleurs », cependant, est faite sur les enquêtes du ministère de la Santé, qui indique 4.399 lits disponibles en Campanie, et sur ce qui est déterminé par le décret-loi 105/2021, qui identifie 743 les places qui peuvent être activées pour les soins intensifs de la région ; les pourcentages s’élevaient donc à 24,8% et 11,4%. Les données restent au-delà du seuil de la zone blanche, qui fixe comme limite l’incidence hebdomadaire de 50 nouveaux cas pour 100 mille habitants (aujourd’hui en Campanie nous sommes en 1964), 15 % pour l’hospitalisation ordinaire et 10 % pour la réanimation : la Campanie est techniquement dans la zone jaune.