à l’hôpital seulement non vacciné


Le pourcentage d’hospitalisations pédiatriques pour Covid a doublé, augmentant de 96% par rapport à la semaine dernière. Selon Fiaso, ce sont tous des enfants non vaccinés, et la moitié des jeunes patients ont des parents non vaccinés.

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Avec la croissance des infections et la propagation de la variante Omicron, la pression sur les hôpitaux augmente également. C’est ce qu’a révélé le rapport réalisé par Fiaso dans 21 formations sanitaires sur un total de 1.301 patients : dans les services ordinaires les patients non vaccinés s’élevaient à 53% mais la semaine dernière
ont connu une augmentation de 16,7% de No Vax contre une réduction de 2% de ceux qui ont terminé au moins le cycle de primo-vaccination. L’analyse de la Fédération italienne des soins de santé et des hôpitaux confirme la tendance à la croissance des hospitalisations égale à 7%. Il existe une nette différence d’âge entre vaccinés et non vaccinés : les premiers ont en moyenne 73 ans tandis que les seconds ont 63 ans, soit 10 ans de moins. Les comorbidités parmi les vaccinés étaient également plus élevées (73 %), tandis que parmi les non vaccinés, 50 % des hospitalisés ne souffraient pas de pathologies antérieures.

Les enfants hospitalisés ont augmenté de 96%

Mauvaise nouvelle également sur le front de l’enfance. Le pourcentage d’hospitalisations pédiatriques pour Covid a en effet doublé, augmentant de 96% par rapport à la semaine dernière. Selon Fiaso, ce sont tous des enfants non vaccinés, et la moitié des jeunes patients ont des parents non vaccinés. L’enquête a été réalisée le 21 décembre et concerne un total de 21 établissements de santé hospitaliers et 4 hôpitaux pédiatriques. « Nous sommes confrontés à deux épidémies : une qui court et qui ne concerne pas les vax qui finissent en réanimation et développent des formes sévères de la maladie Covid ; une plus lente qui concerne les vaccinés, majoritairement des personnes d’âge avancé et ayant des antécédents de maladies graves, et qui n’ont pas encore pris la troisième dose – commente le président Fiaso Giovanni Migliore – Cela met encore plus en évidence l’importance de la vaccination dans la protection contre les maladies et en particulier l’anticipation de la troisième dose pour les fragiles. Le rapport des hôpitaux sentinelles souligne comment même les mineurs peuvent être touchés par le virus et se retrouver à l’hôpital : pour les plus de 5 ans, il est nécessaire de se faire vacciner, pour les enfants jusqu’à 4 ans, cependant, la seule protection que nous pouvons offrir est celle de leur entourage et en particulier de leurs parents. Se faire vacciner, c’est se protéger et protéger les autres ».

Seulement 108 000 doses du vaccin administrées aux enfants de 5 à 11 ans

La quatrième vague d’infections à Covid, entraînée par la variante Delta et l’arrivée d’Omicron, affecte de manière importante la population pédiatrique : un peu moins d’un tiers des nouveaux cas sont enregistrés en âge scolaire, c’est-à-dire dans ce segment de la population dans lequel la couverture vaccinale est plus faible. Selon le bilan quotidien de la structure dirigée à ce jour par le commissaire Figliuolo, seules 108 112 doses de vaccin ont été administrées dans la fourchette 5-11 ans, soit 2,9 % de l’audience ; seuls 99 enfants ont également reçu la deuxième dose.