45 mille élèves absents pour Covid, 2 mille classes à papa


Les écoles de Campanie ont rouvert aujourd’hui, mais avec de nombreuses défections : 5% des élèves (environ 45 mille) et 6% du personnel absent à cause du Covid, 2 mille classes à papa.

Activez les notifications pour recevoir des mises à jour sur

Aujourd’hui, jour de la réouverture des écoles après la suspension de l’ordonnance régionale, il n’y a eu aucun recours 45 000 étudiants, laissés à la maison à cause de Covid. Il l’explique Francesco De Rosa, président de l’Association nationale des Sentinelles de Campanie, faisant le bilan de la fréquentation au premier jour après la décision du TAR qui, hier, a bloqué l’ordonnance avec laquelle le gouverneur Vincenzo De Luca avait ordonné la fermeture des écoles avec l’activation de papa pour les deux prochaines semaines.

La reprise, dit De Rosa, a été régulière en Campanie, nette de « quelques défections de lycée dues à la protestation d’étudiant. Mais au premier cycle, tout est sous contrôle« . Quant aux absences, ajoute-t-il, »nous sommes dans la lignée des chiffres de Bianchi : 6% d’absences parmi le personnel, 5% parmi les élèves, soit environ 45 mille élèves ne sont pas encore retournés à l’école, à cause du Covid« . La situation n’est naturellement pas homogène, des différences importantes ont également été constatées entre les différents quartiers de Naples : »A Chiaia, les absents ne dépassent pas 2%, dans d’autres régions, ils atteignent même 10%. Environ 2 000 classes à papa, un chiffre qui correspond à une moyenne d’environ 5/10% des classes, mais les données sont toujours en cours de mise à jour« .

Manfredi : « Climat d’unité pour ne pas embrouiller les jeunes »

Par Gaetano Manfredi, maire de Naples, aujourd’hui c’est fondamental « travailler dans un climat d’unité, sinon on crée une désorientation chez les jeunes« . Le premier citoyen, sur l’affrontement entre le gouvernement et la région sur la fermeture des écoles en Campanie, en direct sur Sky Tg24 a rappelé que la semaine dernière il y avait »beaucoup de pression de la part des directeurs« et que l’Ordre des Médecins aussi »il a tiré la sonnette d’alarme sur la grande difficulté de pouvoir gérer le service scolaire vu le nombre de malades« . L’ordre de De Luca, continua Manfredi, était un »réponse à ces demandes. Lorsque le gouvernement central établit que la priorité est de maintenir les écoles ouvertes – a souligné le maire de Naples – même en considérant les grands problèmes qui existent, ce matin les écoles ont ouvert, avec toutes les difficultés que cela implique« .

Bulletin Covid Italie, aujourd’hui 220 532 infections et 294 décès dus au Coronavirus : données du mardi 11 janvier

De Luca : « De Draghi pas de réponse sur le problème scolaire »

Pour Vincenzo De Luca l’ordonnance régionale alors suspendue par le TAR représenté pour l’école »deux semaines de répit, limitées aux écoles élémentaires et primaires, pour mieux s’organiser« , et c’était statou « il est regrettable qu’il n’y ait pas eu de réponse substantielle au problème limité posé par la région de Campanie« par le premier ministre Mario Draghi. « Aujourd’hui – il a continué – nous aurons des écoles dans lesquelles les enfants seront sans masques, car en attendant les FFP2 ne sont pas arrivés, et ils me disent que les enfants du primaire ont été obligés de rester en classe avec les fenêtres ouvertes, leurs manteaux et chapeaux sur leurs têtes. il fallait en parler« .